Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pèlerins de Saint-Jacques : zoom sur ces visiteurs de passage en Gascogne

lundi 2 janvier 2017 à 6:40 Par Théo Hetsch et Nelly Assénat, France Bleu Gascogne

Chaque année, ils sont des milliers à passer par la Gascogne, bâton à la main, pour se rendre à Compostelle. Les Landes sont le département de France le plus traversé par les chemins : trois voies principales y passent - celles de Vézelay, du Puy en Velay et de Tours - ainsi que la Voie du Littoral

Ils sont 60 000 à traverser les Landes chaque année
Ils sont 60 000 à traverser les Landes chaque année © Maxppp - Maxppp

Landes, France

L'an dernier encore, ils étaient plus de 10 000 à traverser les Landes et le Gers, pendant plusieurs jours. Leur but : Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne, en Galice. Le spectacle se répète depuis des siècles. Année après année, les pèlerins ont essaimé en Gascogne. Aujourd’hui, ils constituent une manne financière non négligeable. Mais que retiennent-ils de leur passage par chez nous ? Les alignements sans fin des pins ? La nourriture ? L'accueil gascon ? Rencontre avec ces visiteurs éphémères de notre territoire.

Véronique, pèlerine partie pour trois mois de marche

Le vrai pèlerinage vers Saint-Jacques est celui que l'on fait en partant de chez soi. C'est le cas de Véronique, 53 ans. Elle est partie début octobre de sa maison d'Ambert, dans le Puy de Dôme, et après plus d'un mois de marche (500 kilomètres) s'est arrêtée pour la nuit à Montréal du Gers.

Maria, l'hôte ouverte toute l'année

Avec quatre voies principales vers Saint-Jacques, la Gascogne compte forcément beaucoup d'hébergements pour pèlerins. Un certain nombre de Landais ou de Gersois complètent leur fin de mois en proposant le gîte et le couvert aux courageux marcheurs. Théo Hetsch s'est rendu au gîte Napoléon, à Montréal-du-Gers, en compagnie de Véronique.

Halte aux pèlerins ! Certains landais et gersois en ont assez

Les pèlerins sont de plus en plus nombreux. L'an dernier, en 2015, plus de 260 000 pèlerins sont arrivés à Saint-Jacques. En comparaison, il y a 10 ans, il étaient trois fois moins nombreux (93 000) ! Cette affluence nouvelle pose des problèmes dans les Landes et dans le Gers.

Moustey : un exemple du patrimoine laissé par les pèlerins

Les pèlerins passent par chez nous depuis des centaines d'année et ont laissé un héritage important. Par exemple, certains tronçons du GR 65 (celui qui passe à Condom et Aire-sur-l'Adour), sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Sur la voie de Tours aussi, qui traverse les Landes sur 140 kms, les traces des pèlerins sont nombreuses. Illustration à Moustey, au nord du département, et précisément l'ancienne commune de Biganon, avec Théo Hetsch.

Arrivé à Compostelle, que reste-t-il des Landes ?

Que retiennent les pèlerins de leur passage par les Landes ? Les pins sans fin à l'horizon, les pistes sablonneuses ou encore la nourriture ? Et au final : est-ce que le chemin a changé leur vie ? Théo Hetsch a interrogé un pèlerin, arrivé enfin à Compostelle après un pèlerinage de 10 ans (une semaine par-ci, une autre par là).