Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

75ème anniversaire du Débarquement : le département de la Mayenne, un territoire stratégique pour la Résistance

-
Par , France Bleu Mayenne

Une semaine de commémoration s'ouvre en Mayenne, c'est le 75ème anniversaire de la Libération. Éloignée des grands centres, la Mayenne a pourtant eu un rôle stratégique en 1944. Elle sert de point de ravitaillement en nourriture pour Paris, et offre un terrain favorable à la Résistance.

Les forces alliées ne sont arrivées qu'en août 1944 en Mayenne.
Les forces alliées ne sont arrivées qu'en août 1944 en Mayenne. © Maxppp - Marc OLLIVIER

Mayenne, Département Mayenne, France

Pendant l'été 1944, la Mayenne va jouer un rôle stratégique. Si le débarquement a eu lieu le 6 juin en Normandie, il faudra attendre le 3 août pour que les troupes américaines arrivent jusque dans le département

L’un des maquis actifs est basé à Saint Mars du Désert. Son but est d’empêcher les renforts allemands de monter vers la Normandie au moment du débarquement. Les résistants récupèrent les armes et les explosifs parachutés par les alliés, et les distribuent ensuite aux alentours. La Mayenne fait le trait d’union entre la Bretagne et la Normandie. La nuit, les maquisards minent les routes pour perturber les déplacements des allemands, qui circulent une fois le jour tombé pour éviter l'aviation alliée. Ils coupent aussi les lignes téléphoniques. 

Le 31 juillet, les résistants mayennais vont jouer un rôle crucial. C’est la percée d’Avranches : les troupes du général Pattone avancent dans plusieurs directions dont la Mayenne. Les maquisards vont à leur rencontre. Sur la route, ils aident au renseignement. Ils repèrent les positions allemandes, guident les américains sur le terrain pour qu’ils progressent plus vite. 

A Baroche-Gondouin se trouve un autre maquis. Louis Rebourg, le maire de la commune est un de ses membres. L’histoire raconte qu’un officier allemand réquisitionne sa chambre pour une nuit. Heureusement, il ne remarque ni le dictionnaire d’anglais ni les jumelles qu’il cache dans la pièce. Un autre mayennais se distingue. Il s’appelle Daniel Chevrier, et à ses risques et périls il emmène jusqu’en Suisse une trentaine de soldats américains recherchés par l’ennemi. 

Pendant tous ces événements, les habitants sont nombreux à quitter les bourgs pour la campagne. Ils attendent avec espoir la libération et vivent dans la peur des bombardements, comme celui du 8 et 9 juin à Mayenne. Les derniers combats auront lieu mi-août dans le nord-est du département.