Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pendant le confinement, les obsèques réduites à leur plus simple expression en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

L'épidémie perturbe aussi le déroulement des obsèques : pas question de réunir des familles entières en plein confinement. Mais les pompes funèbres, les prêtres, les crématoriums sarthois s'adaptent pour continuer à accompagner les proches des défunts.

L'épidémie perturbe aussi le déroulement des obsèques
L'épidémie perturbe aussi le déroulement des obsèques © Maxppp - PhotoPQR - Rémy Perrin - Le Progrès

Officiellement, les cérémonies d'obsèques peuvent réunir jusqu'à 20 personnes. En pratique c'est souvent moins. "Trois à cinq personnes pour beaucoup d'enterrements" note-t-on au diocèse du Mans ; "parfois une ou deux personnes" au crématorium des Hunaudières à Ruaudin.

Il est particulièrement difficile de garder ses distances dans ces moments-là. Aux Hunaudières on a supprimé, par précaution, les pétales à déposer sur les cercueils et les stylos qui pouvaient être partagés. Le crématorium du Mans est fermé au public mais propose des vidéos.

Vers des cérémonies de "rattrapage"

Même réduites, ces cérémonies sont très utiles aux familles. "Ça permet de ne pas laisser les gens partir tout seuls, les proches nous disent que ça leur fait du bien" souligne-t-on aux Hunaudières.

Mais avec si peu de participants, cela ne suffira pas. "Aux familles qui voudraient quelque chose de plus large, nous disons que nous leur proposerons des solutions quand le confinement sera terminé" indique Paul-Antoine Drouin, vicaire général du diocèse. Une sorte de "rattrapages de funérailles" qui pourrait prendre la forme de messes, de temps de prière ou de recueillement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu