Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pendant les 24 Heures du Mans, la vie continue hors du circuit !

-
Par , France Bleu Maine

Les Sarthois sont souvent "tombés dans la marmite" des 24 Heures quand ils étaient petits. Mais tous ne sont pas des mordus de sport automobile. Certains jettent une oreille discrète à la course. D'autres ne s'y intéressent pas du tout. Reportage dans la galerie commerciale de Le Mans Nord.

Le centre-ville du Mans est plus calme pendant les 24 Heures du Mans.
Le centre-ville du Mans est plus calme pendant les 24 Heures du Mans. © Maxppp - Alexandre Jaillot

Le Mans, France

Avec sa compagne, Julien sort d'une boutique de vêtements dans la galerie commerciale de l'hypermarché Auchan, en zone Nord du Mans. Pourtant sarthois d'origine, le jeune homme ne veut pas entendre parler des 24 Heures : "Je trouve que ce n'est pas intéressant à regarder, les voitures, ce n'est pas mon truc". A l'inverse, Samuel s'intéresse - même de loin - au sport automobile. Mais cette année, cet habitant de Mulsanne préfère le supermarché au circuit : "Il n'y a pas Audi. Les grandes écuries ne sont pas là. C'est moins passionnant".

Le prix du billet d'entrée jugé prohibitif

Dans l'allée principale, Chantal et Yves poussent leur caddie rempli de courses alimentaires. Comme d'autres clients de cette galerie commerçante, ces deux retraités sont refroidis par le prix : 84 € le billet pour les quatre jours des 24 Heures : "C'est cher! On achète d'abord de quoi manger et ensuite on regarde ce qu'il reste pour les loisirs". Même s'il n'apprécie pas l'ambiance du circuit, Bruno reconnaît qu'il jette quand même un oeil à l'épreuve : "Trop de monde, trop bruyant. Je préfère être dans mon canapé à regarder, à la télé, cette course mythique". Sans être tous des passionnés, les Manceaux se prennent souvent au jeu des 24 Heures, constate Jeanne, une retraitée qui allait sur le circuit dans sa jeunesse. "C'est chez nous, c'est Sarthois !", s’enthousiasme-t-elle. Habituellement, un quart des spectateurs des 24 Heures du Mans vient de l'étranger.