Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pendant les vacances, les contrôles d'équipements se multiplient en haute montagne

mercredi 8 août 2018 à 17:03 Par Nina Valette, France Bleu Pays de Savoie

Avec les vacances d’été, les sportifs en haute montagne sont nombreux. Les gendarmes de Haute Montagne (le PGHM) en Savoie multiplient les contrôles d’équipements. Les membres de la DDCSPP, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale eux vérifient les cartes professionnelles des guides.

 Le Capitaine de gendarmerie Patrice Ribes contrôle les sportifs devant la Via Ferrata
Le Capitaine de gendarmerie Patrice Ribes contrôle les sportifs devant la Via Ferrata © Radio France - Nina Valette

Pralognan-la-Vanoise, France

En hiver comme en été, les touristes sont nombreux à Pralognan-la-Vanoise en Savoie. Cette année, la Via Ferrata (un itinéraire aménagé dans une paroi rocheuse) est très prisée par les sportifs. Un sport qui peut être dangereux et qui nécessite donc un équipement bien précis pour éviter les chutes. Alors les gendarmes de Haute Montagne (PGHM) augmentent la cadence des contrôles. 

Un bon matériel pour plus de sécurité 

Un seul coup d’œil et le Capitaine de gendarmerie Patrice Ribes repère les équipements défectueux. Céline, une normande en vacances s’apprête justement en emprunter le chemin de la Via Ferrata. Son baudrier ne plait pas au capitaine : " Vous avez un cabestan, il s’agit du nœud le plus fragile. En cas de chute, il lâche à 300 kilos", annonce le militaire. 

La vacancière était pourtant confiante. C’est un ami, plutôt aguerri à la haute montagne qui a fait la préparation du matériel. " Vous devriez faire un nœud de huit plutôt qu’un cabestan " insiste Patrice Ribes. 

Les sportifs doivent parfois refaire les nœuds juste devant la via ferrata  - Radio France
Les sportifs doivent parfois refaire les nœuds juste devant la via ferrata © Radio France - Nina Valette

Le gendarme met un point d’honneur à vérifier la sécurité des randonneurs qu’il croise. Il aimerait d’ailleurs que certains sportifs sollicitent un peu plus l’expérience de guides professionnels .

Contrôles des guides de haute montagne renforcés 

Les gendarmes de Haute Montagne sont accompagnés par Laurent Girard, un membre de la DDSCPP, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale. Il est là pour vérifier le matériel des guides et accompagnants et pour contrôler les attestations et autres brevets.  Au milieu des rochers,  le contrôleur rencontre Emile. Ce guide de haute montagne a plus de 40 ans d’expériences. Mais lui aussi doit montrer patte blanche face à la DDCSPP, et sortir sa carte professionnelle. "L’objectif du contrôle est de vérifier que les clients soient encadrés par un vrai professionnel. Ensuite, nous sommes là pour _protéger le métier_" raconte le gendarme Patrice Ribes

Pendant des années, les gendarmes ont fait face à une augmentation de « faux guides » sans réelles qualifications. "Ils ont un surnom dans notre jargon : les marrons. Et notre rôle n’est pas que répressif. Il faut à tout prix que la profession se protège de ces "marrons". Et le travail paye, puisque nous avons de moins en moins de guides hors la loi", souligne le capitaine.