Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pénurie d'examinateurs du permis dans le Calvados, les délais s'allongent pour passer l'examen

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Les délais s'allongent pour passer le permis dans le Calvados : jusqu'à six mois, pour repasser l'examen après un premier échec. Le département manque d'examinateurs, après plusieurs arrêts maladies dus au coronavirus.

Dans le centre d'examen du permis de conduire de Démouville, mardi 11 mai.
Dans le centre d'examen du permis de conduire de Démouville, mardi 11 mai. © Radio France - Marc Bertrand

Sur le parking du centre d'examen de Démouville, près de Caen, Antoine patiente en se tordant les mains. Le jeune homme de 19 ans passe le permis pour la première fois. Il est prêt depuis février. Mais ça fait trois mois qu'il patiente pour avoir une date d'examen : "Ca fait long, trois mois. D'habitude je ne stresse pas, mais là... - Y'a pas de souci Antoine ! C'est dans la poche. Enfin, normalement", se reprend son moniteur Emmanuel. 

Pas le droit à l'erreur, sinon on repasse en septembre

Le gérant d'auto-école à Argences est presque aussi stressé que son élève. Parce qu'il n'y a pas le droit à l'erreur : "Un élève qui rate son permis aujourd'hui, il ne le repasse pas avant septembre dans le meilleur des cas. Donc on ne parle pas d'échec, ce n'est pas envisageable". Et si les délais sont aussi longs, c'est que le département manque d'examinateurs

Les élèves sont très mécontents. Ils veulent tous le permis avant l'été, mais sur dix élèves, il n'y en a guère que deux qui l'auront

Ils sont treize, dans le Calvados en temps normal. Mais l'un d'entre eux est parti, sans être remplacé. Et deux autres sont arrêtés durablement, malades du coronavirus. Ajoutez les gardes d'enfants, et c'est tout le planning des examens qui est chamboulé : "On est obligés de ralentir le rythme des leçons, c'est une perte de chiffre d'affaire", regrette Emmanuel. "Et les élèves sont très mécontents. Ils ne comprennent pas, ils pensent que c'est notre faute. Ils veulent tous le permis avant l'été, mais sur dix élèves, il n'y en a guère que deux qui l'auront". 

Les voitures, des "incubateurs à virus"

Antoine doit en faire partie, pas le choix, il a besoin du permis pour son apprentissage en chaudronnerie à la rentrée prochaine. Son examinateur arrive, et il est tout aussi furieux que les autres. "Les voitures sont des incubateurs à virus", selon lui. Il ne comprend pas pourquoi sa profession n'a pas été considérée comme prioritaire pour la vaccination vu le contact quotidien avec de nombreux élèves. D'autant qu'il est impossible de remplacer les absents. Les remplaçants sont des examinateurs venus d'autres départements, et en ce moment, toute la France est en sous-effectifs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess