Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pénurie de beurre : "non à l'intox" expliquent les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne dans les rayons d'un supermarché

samedi 18 novembre 2017 à 15:59 Par Stéphane Garcia, France Bleu Occitanie et France Bleu

Il n'y a pas de pénurie de beurre ! Les Jeunes Agriculteurs de Haute Garonne ont envahi ce samedi 18 novembre une grande surface à Muret pour sensibiliser les consommateurs à la situation des producteurs de lait et dénoncer l'intox sur la pénurie de beurre en France.

Pour sensibiliser les consommateurs à la situation des producteurs de lait, une vingtaine de jeunes agriculteurs de la Haute-Garonne ont envahi une grande surface à Muret
Pour sensibiliser les consommateurs à la situation des producteurs de lait, une vingtaine de jeunes agriculteurs de la Haute-Garonne ont envahi une grande surface à Muret © Radio France - Stéphane Garcia

Muret, France

Il n'y aurait plus de beurre ou presque dans nos supermarchés. Le fait est devenu une affaire nationale dont tout le monde parle. On a tout vu et tout entendu sur le sujet : le retour en grâce des matières grasses animales, la passion chinoise pour les viennoiseries françaises... Hier donc une vingtaine de membres des jeunes agriculteurs de Haute-Garonne ont envahi une grande surface, l'Intermarché au Nord de Muret, pour dénoncer cette pénurie de beurre qui selon eux n'existe pas.

La grande distribution et les industriels accusés

L'occasion d'échanger avec les consommateurs la complexité de la situation. "Depuis deux mois c'est très aléatoire dans les rayons, explique Cathy retraité de la fonction publique. Une semaine il va peu en avoir et une quinzaine de jours plus tard on dirait qu'on a refait les stock d'un coup de baguette magique". Des questions auxquelles les agriculteurs comme Guillaume, qui a travaillé dix ans en tant que producteur laitier tente de répondre. Il pointe du doigt la responsabilité des industriels mais aussi de la grande distribution. _"Les prix du beurre ont triplé en un an. Sauf que la grande distribution ne veut pas payer plus cher et les industriels font des stocks dans l'espoir de revendre le beurre plus cher sur le marché international. Et dans cette affaire le producteur laitier et le consommateur sont complètement oubliés"_.

Cette action a permis de créer le dialogue entre consommateurs et agriculteurs qui voulaient dénoncer l'intox de la pénurie de beurre - Radio France
Cette action a permis de créer le dialogue entre consommateurs et agriculteurs qui voulaient dénoncer l'intox de la pénurie de beurre © Radio France - Stéphane Garcia

La partie immergée de l'iceberg

Conséquence de ce marché de plus en plus mondialisé : le nombre de producteur laitiers a été divisé par 8 en Midi-Pyrénées. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 150. "Mais ce problème de beurre, ce n'est finalement que la partie immergée de l'iceberg", explique Sébastien Albouy, éleveur laitier et vice président des JA 31. Pour lui ces problèmes de dysfonctionnements existent dans toutes les filières agricoles. "En France, on nous demande de faire de la qualité mais avec les prix de l'international. Par exemple, le prix des céréales a baissé mais on ne répercute sur le pain, les pattes et autres que les augmentations, alors que le cours du blé n'a jamais été aussi bas depuis dix ans ! Pour le soja, on est mis en concurrence avec les brésiliens, pour les plats végétariens notamment, sauf que dans le soja brésilien on retrouve des traces de pesticides (l'atrazine, ndlr) qui sont interdits depuis 30 ans en France".

La guerre du beurre est le symbole de la notion de "juste prix" qui doit être payé par tous les maillons de la chaîne. C'était justement au cœur des États généraux de l’alimentation actuellement en cours. Chaque filière doit mettre sur pied un plan de restructuration à cinq ans. Une feuille de route de l’agriculture française doit-être ensuite dévoilée le mois prochain. Le Président de la République, Emmanuel Macron a annoncé qu’il légiférera par ordonnances au premier semestre 2018.

VIDEO - La recette facile pour faire du beurre maison