Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pénurie de logements étudiants à Lille : "On a 100 demandes par jour, et plus rien à louer"

-
Par , France Bleu Nord

Les jeunes qui cherchent un appartement pour la rentrée à Lille vivent un parcours du combattant. Les agences immobilières n'ont plus rien à leur proposer. La situation est encore pire que les années précédentes, à cause du coronavirus.

De nombreuses agences immobilières lilloises n'ont plus aucun appartement à louer mi-août.
De nombreuses agences immobilières lilloises n'ont plus aucun appartement à louer mi-août. © Maxppp - Sebastien JARRY

Tous les ans, les étudiants qui cherchent un appartement à Lille vivent la même galère. Mais cette année, la pénurie est encore plus criante. "Je n'ai jamais vu ça, d'habitude on a encore un peu de stock jusque fin septembre, là je n'ai plus aucun appartement à louer mi-août", témoigne Mathieu Faelens, gérant de l'agence immobilière du même nom.

Je n'ai jamais vu ça

Chez Descampiaux, tous les appartements sont également déjà loués : "Il y a une hausse de la demande puisque plus de jeunes ont eu leur baccalauréat cette année, et il n'y a pas beaucoup d'offres, les gens bougent moins." Catherine Florent, gérante d'Immo carré dans le quartier Saint-Maurice-Pellevoisin, reçoit cent appels pour un seul studio meublé : "Les étudiants de la Skema et l'Edhec, deux écoles de commerce, ont eu leurs résultats très tard cette année, vers la mi-août, à cause du coronavirus. Ils sont tous en train de chercher un logement en catastrophe en ce moment."

Mathieu Faelens, gérant de quatre agences immobilières à Lille

Plus d'étudiants cette année

Pour Mathieu Faelens, tout s'est en fait accéléré avec le coronavirus, et le baccalauréat obtenu en contrôle continu : "Les parents ont anticipé et commencé à chercher dès la mi-mai." Le taux de réussite exceptionnel au bac cette année, près de 96%, amène également, mécaniquement, plus de jeunes dans les études supérieures, et donc plus de demandes de logements, ajoute la Fage, un syndicat étudiant.

Emmanuel Chambat, le président de la FNAIM Nord, le premier syndicat professionnel de l'immobilier, note également un autre facteur : la baisse de l'offre. Avec la crise sanitaire, il y a moins de déménagements, donc moins d'appartements qui se libèrent : "On note environ 10% de résiliation de bail en moins dans la métropole lilloise."

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Nord

Des appartements loués en quelques jours voire quelques minutes

Au sein de l'agence Faelens, Audrey reçoit régulièrement des appels d'étudiants désespérés. Pour un studio aménagé de 13 m² près de la faculté de droit, elle a déjà fait une dizaine de visites en une semaine. Parmi les intéressés, une jeune qui débute des études de médecine le 31 août... dans dix jours, donc.

Au pire, j'irai chez mes grands-parents, à 1h de route de Lille

Grâce, 20 ans, n'a toujours pas de logement pour la rentrée non plus. Elle habite Tours et va commencer une licence en sanitaire et sociale à Lille 2. "C'est la grosse galère, on cherche sur Le Bon Coin, PAP, les agences... Il y a vingt ou quarante dossiers par appartement, et tout se joue sur les garants." Elle passe des dizaines de coups de fil chaque jour : "La dernière fois, j'ai appelé pour une annonce qui avait été publiée il y a dix minutes, l'appartement avait déjà été loué entre-temps..."

Grâce, 20 ans, n'a toujours pas trouvé de logement pour sa rentrée dans dix jours

Cette jeune fille qui rêve de devenir infirmière n'a pas les moyens de multiplier les allers-retours entre Tours et Lille, à 500km de chez elle. "Dans le pire des cas j'irai chez mes grands-parents à Caudry, à côté de Cambrai, mais ça fait beaucoup de route tous les jours."

Face à cette pénurie, Matthieu Faelens conseille même aux étudiants de louer un Airbnb en septembre en attendant que des appartements se libèrent peut-être en octobre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess