Société

Périgueux : la campagne pour le commerce en centre-ville jugée sexiste

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord jeudi 12 octobre 2017 à 19:04

L'affiche montre des femmes et un homme (en arrière-plan) en train de faire du shopping.
L'affiche montre des femmes et un homme (en arrière-plan) en train de faire du shopping. - Ville de Périgueux

La ville de Périgueux a dévoilé ce jeudi 12 octobre une campagne de publicité visant à mettre en avant les commerces du centre-ville. Une affiche qui ne plaît pas à la porte-parole de l'opposition Delphine Labails. Elle accuse la municipalité de sexisme.

Antoine Audi, le maire de Périgueux est bien décidé à relancer le commerce en centre-ville. Pour inciter les Périgourdins à venir faire leurs achats ailleurs que dans les zones commerciales, la municipalité a lancé une nouvelle campagne de promotion ce jeudi 12 octobre. Sur les réseaux sociaux, une affiche a été dévoilée. On y voit quatre femmes sacs de courses à la main et en arrière-plan, un homme et son sac à dos. On peut y lire ce slogan : "A Périgueux, je shoppe à ciel ouvert !".

Banalisation du harcèlement de rue selon l'opposition

"C'est une campagne sexiste et ridicule". Delphine Labails, porte-parole de l'opposition municipale est très remontée. Elle dit avoir reçu plusieurs signalements de la part d'habitants de Périgueux choqués par la campagne publicitaire. "En pleine affaire Weinstein (ce producteur américain accusé d'agressions sexuelles) et à l'heure où la mobilisation contre le harcèlement de rue n'a jamais été aussi forte, la ville de Périgueux banalise le harcèlement de rue," confie la conseillère municipale qui demande le retrait pur et simple des affiches. "Le message envoyé c'est qu'on peut être un homme et choper des femmes à ciel ouvert dans Périgueux, ce n'est pas possible !".

Contacté, le maire Antoine Audi préfère ne pas réagir aux propos de Delphine Labails. Il dit ne pas comprendre cette colère. "Il y a un homme sur l'affiche et le verbe shopper n'est qu'une francisation du mots shopping." L'élu n'a pas l'intention d'arrêter la campagne.