Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Société

La communauté gitane de Perpignan s'oppose aux destructions de bâtiments place du Puig

vendredi 27 juillet 2018 à 19:28 Par Sébastien Berriot, France Bleu Roussillon

Situation tendue ce vendredi après-midi place du Puig, dans le quartier Saint-Jacques à Perpignan : des membres de la communauté gitane ont tenté de s'opposer à des destructions d'immeubles prévues dans le cadre de la politique de rénovation urbaine menée par la ville.

La pelleteuse avait commencé à détruire des bâtiments place du Puig
La pelleteuse avait commencé à détruire des bâtiments place du Puig - Alain Sabatier

Perpignan, France

La politique de rénovation urbaine engagée par la ville de Perpignan a donné lieu à des incidents ce vendredi après-midi place du Puig dans le quartier Saint-Jacques à Perpignan.

Plusieurs dizaines d'habitants issus de la communauté gitane ont réussi à interrompre le travail d'une pelleteuse qui avait commencé à détruire un îlot de bâtiments donnant sur la place.

Les habitants estiment qu'ils n'ont pas été informés de ce nouveau programme de destruction place du Puig. Ils assurent qu'il n'y a pas nécessité de détruire et que la rénovation des lieux est une solution préférable. Les gitans demandent à rencontrer au plus vite le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol.

La mairie, elle, répond que ces destructions étaient prévues de longue date. Selon Olivier Amiel, maire-adjoint en charge du renouvellement urbain, les batîments concernés, insalubres, étaient vides depuis quatre ou cinq ans. Il explique que l'objectif est de reconstruire des logements et non de chasser les habitants de Saint-Jacques.