Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Personnels de santé en détresse : lancement d'un numéro vert d'entraide

jeudi 12 avril 2018 à 10:16 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon et France Bleu

Un numéro de téléphone vert pour tous les personnels de santé en détresse a été lancé par l'Ordre des médecins et celui des infirmiers. Le 0 800 800 854 est gratuit, accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 et propose un soutien psychologique.

Le numéro 0 800 800 854 est destiné aux personnels de santé en détresse (photo d'illustration).
Le numéro 0 800 800 854 est destiné aux personnels de santé en détresse (photo d'illustration). © Maxppp - Odilon Dimier

Besançon, France

Le mal-être des personnels de santé est pris très au sérieux par l'ordre des médecins et par l'ordre des infirmiers. Les deux structures ont mis sur pied un numéro d'urgence, le 0 800 800 854. Il est gratuit, accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Depuis le 1er janvier, il était accessible aux médecins et internes. Depuis le mois d'avril, les sept professions réglementées sont concernées : médecins, sage-femmes, dentistes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues et pharmaciens.

Les infirmiers en première ligne

Selon Cyril Moulin, le vice-président du Conseil régional de l'ordre des infirmiers de Bourgogne-Franche-Comté, les infirmiers justement sont en première ligne.  "On a des problématiques communes, explique-t-il, ça a un coût social, une répercussion sur la santé, sur les erreurs qui peuvent être faites auprès des patients, singulièrement sur les infirmiers". 

Cyril Moulin s'appuie sur une enquête réalisée par l’Ordre national des infirmiers auprès de 18 653 infirmier(e)s (tous modes d’exercice confondus) du 30 mars au 7 avril 2018 selon laquelle :

  • 8 infirmiers sur 10 se sentent "émotionnellement vidés par leur travail", cela a des conséquences sur l’efficacité professionnelle, la vie sociale, la vie familiale ou la santé de plus de 90% des répondants.
  • 4 sur 10 se sentent à bout après une journée de travail,
  • 4 sur 10 fatigués avant une nouvelle journée,
  • un quart a déjà consulté psychiatre ou psychologue pour des questions liées au travail,
  • 22% envisagent de changer de travail.

Une charge de travail jugée excessive

Les causes de ce mal-être sont multiples, mais la charge de travail arrive en tête pour 79% des personnes interrogées, suivie des violences et de l'agressivité des usagers (57,5%) notamment aux urgences où l'attente est bien trop longue. Vient ensuite l'aspect financier (51%). Près de 60% des des infirmiers travaillent "régulièrement" ou "fréquemment" douze heures ou plus par jour et 25% travaillent "régulièrement" ou "fréquemment" sept jours consécutifs ou plus (notamment les infirmiers libéraux).

Des psychologues cliniciens au bout du fil

Lorsqu'un personnel soignant compose le 0 800 800 854, ce sont "des psychologues cliniciens formés" qui répondent, assure Cyril Moulin. Cette personne en détresse peut "bénéficier d'un soutien psychologique" immédiat en cas d'épuisement professionnel, de burn-out ou de détresse psychologique, être orienté vers un médecin ou service hospitalier dédié aux soignants, voire vers "une prise en charge d'urgence" (en cas de risque de suicide par exemple). 

Mais le professionnel de santé peut aussi se voir proposer un accompagnement de terrain par une association ou une structure locale, en cas d'épuisement. Composer ce numéro permet aussi à l'interlocuteur d'orienter au mieux la personne en cas de violence, agression, litige, et pour des questions déontologiques, juridiques ou administratives.