Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pesticides dans les vins de Bordeaux : il y a du mieux selon l'UFC-Que Choisir

mardi 26 décembre 2017 à 18:55 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

C'est ce que démontre une enquête publiée ce mercredi par l'association de consommateurs. En quatre ans, la présence de pesticides dans les bouteilles de grands crus de Bordeaux a été divisée par trois.

En octobre dernier, les anti-pesticides avaient manifesté dans les vignes de Listrac-Médoc.
En octobre dernier, les anti-pesticides avaient manifesté dans les vignes de Listrac-Médoc. - © Maxppp

Les viticulteurs du Bordelais avaient promis de faire des efforts en matière d'usage des pesticides, apparemment ils tiennent parole. C'est ce qui ressort d'une nouvelle enquête de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir publiée ce mercredi dans son magazine. Les vins de Bordeaux contiennent toujours des pesticides mais beaucoup moins qu'il y a quelques années. Certes, sur les 38 grands crus de Bordeaux analysés, seules trois bouteilles n'ont aucune trace de pesticides. Il s'agit de deux Pauillac et d'un Margaux. Les autres, tous des millésimes 2014, contiennent des résidus. Cela n'a rien d'illégal puisque cela ne dépasse pas  les limites autorisées. Et ces résultats sont en nette amélioration.

Encore beaucoup de progrès à faire

Dans l'enquête menée par l'UFC-Que Choisir, la concentration des résidus de pesticides est en moyenne trois fois moins élevée que lors de précédents tests menés il y a 4 ans par l'association. La filière a fait des efforts, poussée par les associations de riverains et par une opinion publique de plus plus préoccupée. La prise de conscience remonte à deux ans déjà, provoquée en partie par le magazine Cash Investigations de France 2. Le conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux encourage désormais les viticulteurs à réduire l'usage des produits phytosanitaires, à éviter les substances les plus dangereuses. Mais il reste encore beaucoup de progrès à faire. Les associations anti-pesticides lui reprochent de ne pas imposer d'objectifs chiffrés ni de calendrier.