Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Peu de pèlerins sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle dans le Poitou à cause du Covid

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Dans la Vienne, c'est l'un des effets de l'épidémie de Covid, on croise très peu de pèlerins sur la voie de Tours, l'un des quatre chemins versSaint-Jacques de Compostelle en France. A cause des contraintes sanitaires, des haltes jacquaires n'ont pas ouvert mais il y a d'autres solutions d'accueil.

La coquille Saint-Jacques,  emblème et un signe de reconnaissance du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle
La coquille Saint-Jacques, emblème et un signe de reconnaissance du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle © Radio France - Isabelle Rivière

Ça fait partie des conséquences indirectes de l'épidémie de coronavirus et du confinement en France : dans le Poitou, on croise très peu de pèlerins en ce moment. Même si la voie de Tours qui passe par notre région est l'une des moins empruntées des quatre chemins de France qui mènent à Saint-Jacques de Compostelle, à cette époque de l'année, d'habitude, on voit pas mal de pèlerins, les pèlerinages démarrant généralement aux beaux jours, mais-là, pas de marcheurs avec des coquilles sur les sacs à dos, ni de vélos lourdement attelés. Il faut dire qu'entamer un pèlerinage vers St-Jacques en cette période de pandémie reste compliqué. Dans la Vienne par exemple, face aux contraintes sanitaires post-Covid, la plupart des haltes jacquaires n'ont d'ailleurs pas rouvert. 

Plusieurs haltes jacquaires fermées

Dans la Vienne, on compte une demi-douzaine de haltes jacquaires. À l'heure qu'il est, seul Lusignan a rouvert. La halte jacquaire de Ligugé devrait rouvrir au 1er juillet. Celle de Châtellerault, réfléchit encore à une possible réouverture. Elle se décidera cette semaine. Mais pour celles de Dangé St Romain, Dissay et Poitiers,  il n'y aura pas d'accueil de pèlerins cet été. Trop compliqué avec les mesures sanitaires et les gestes barrières à faire respecter. 

Trop de contraintes sanitaires

Dominique Furphy est la présidente de l'association des Amis des chemins de Compostelle en Vienne. Elle gère la halte jacquaire de Poitiers avec des hospitaliers bénévoles. "On ne veut pas faire courir de risques à nos hospitaliers qui sont dans une tranche d'âge à risque, ni à nos marcheurs", explique-t-elle. 

Rien qu'en mai l'année dernière, la halte jacquaire de Poitiers, située rue du général de Marçay, près de l'église Saint-Hilaire, a accueilli 300 pèlerins. 

"60% de nos marcheurs sont des gens qui ont 60 ans et plus. Ils font partie des population vulnérables au coronavirus", insiste Dominique Furphy.

Convivialité de l'accueil impossible

La halte jacquaire de Poitiers dispose de tout le confort. Situé au dessus de l'école, dans l'ancien logement de fonction du directeur, il dispose de deux mini-dortoirs de quatre et six lits, de deux salles d'eau, de deux WC, d'une cuisine et d'un salon communs, de quoi faire sa lessive, un garage où entreposer les vélos des pèlerins. Ce sont des hospitaliers, des volontaires qui accueillent les pèlerins de 15h à 19h, mais la plupart ne dorment pas sur place. 

Au-delà des contraintes sanitaires difficiles à faire respecter dans ce type d'hébergement collectif, il y a aussi l'esprit jacquaire : convivialité, générosité. A Poitiers, la halte jacquaire restera fermée cet été donc. L'association envisage une éventuelle réouverture en septembre. "Tout dépendra de l'évolution des contraintes sanitaires liées à l'épidémie de Covid" précise la présidente de l'association. Pour les quelques pèlerins qui s'aventureraient malgré tout sur la voie de Tours cet été, l'association s'engage à leur proposer des solutions de couchage. 

Hébergements en familles d'accueil

Les Amis des chemins de Compostelle en Vienne, association créée en 2002, peut compter sur un solide réseau de familles d'accueil. Notamment dans le nord Vienne, à Dangé Saint-Romain ou à Vouneuil sur vienne. 

Pour Dominique Furphy, "il est important de trouver des hébergements entre Châtellerault et Poitiers car cela permet aux pèlerins d'ajuster la taille de leurs étapes et de leur marche". 

Pèlerinages reportés

Avec la suppression de l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km, l'activité a repris à la permanence téléphonique de l'association. "On sent que ça frémit", explique Dominique furphy qui a reçu une dizaine d'appels pour le moment. Les pèlerins qui devaient partir en mars ont reporté leur marche. D'autres se préparent mais plus pour l'automne. 

La voie de Tours, l'une des moins connues, devrait gagner en notoriété l'an prochain lorsqu'elle sera à l'honneur dans le guide fétiche des pèlerins, le guide "Miam miam dodo". D'ici là, le Covid sera, chacun l'espère, un lointain souvenir et les haltes jacquaires de la Vienne auront rouvert. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu