Société

"On peut parfois éviter un suicide par l'écoute"

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 10 septembre 2015 à 10:52

Rachel Boichot psychologue à Belfort
Rachel Boichot psychologue à Belfort © Radio France - Thierry Campredon

A l'occasion de la journée mondiale de prévention du suicide, Rachel Boichot, psychologue à Belfort, analyse les causes qui peuvent conduire au passage à l'acte

L'an dernier en France, 11 mille personnes ont mis fin à leurs jours, un chiffre en constante augmentation depuis quelques années. Pour Rachel Boichot, psychologue clinicienne au centre de psychologie Gilliotte à Belfort, il existe plusieurs raison à cela, mais c'est principalement "la perte de repères que ce soit dans le monde du travail ou dans le cercle familial qui provoque une angoisse pouvant aller jusqu'au suicide"     

"Tout être humain est vulnérable et fragile"

Selon une récente étude, dans les pays développés, les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes à se suicider, mais pour Rachel Boichot, "si les hommes ont peut-être plus de difficultés à exprimer leur ressenti que les femmes, tout être humain est vulnérable et fragile et on ne doit pas faire de distinction, d'ailleurs, les hommes sont de plus en plus nombreux aujourd'hui à venir dans les cabinets de médecins ou de psychologues" .

"Le suicide chez les personnes âgées est un phénomène qui s'amplifie"

Si le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15/24 ans, le passage à l'acte est également très fréquent chez les personnes âgées. "La vieillesse est une période où la personne arrive dans un dernier cycle de vie, donc elle est confrontée à de nombreuses pertes" explique Rachel Boichot, "perte d'autonomie, perte de repères en entrant dans une maison de retraite, perte de la santé, sans oublier les deuils successifs" , c'est pourquoi, la famille et le milieu médical doivent être sensibilisés et ne pas banaliser les appels au secours".  

Rachel Boichot, psychologue clinicienne à Belfort