Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

PHOTOS - À Albi, les gilets jaunes ont démonté le campement du rond-point de l'Hermet

-
Par , France Bleu Occitanie

PHOTOS AVANT/APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, le campement du rond-point de l'Hermet a été démonté cette semaine. La justice a condamné des gilets jaunes à remettre le site en état. Ils étaient installés sur un terrain privé.

Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement.
Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. © Radio France - Emeline Ferry

Lescure-d'Albigeois, France

C'était l'un des symboles du mouvement des gilets jaunes en Occitanie. Après plus d'un an d'occupation, le rond-point de l'Hermet, à Lescure-d'Albigeois, près d'Albi, est désormais vide. Des gilets jaunes ont commencé à le nettoyer cette semaine. 

Ce lundi 23 décembre, le tribunal d'instance d'Albi a condamné trois manifestants à remettre le site en état. Car le campement était installé depuis des mois sur un terrain prive, où il y avait une ferme inhabitée. Les gilets jaunes ont un mois pour nettoyer le terrain. En revanche, ils n'ont pas de dommages et intérêts à verser aux propriétaires. 

Ils ont rapidement démonté leur campement. Jeudi, ils étaient une vingtaine venus prêter main forte pour enlever les palettes de bois, les plaques de ferraille, les bâches, les meubles... "Pour l’instant, on a nettoyé à peu près les 9/10. Il nous reste des déchets de surface, quelques petits bouts de ferraille qui traînent, des clous, des détritus de plastique… On essaie vraiment de remettre le lieu comme il était au départ", explique Guillaume Oser, l'un des gilets jaunes assigné en justice.

AVANT - Le campement était installé sur un terrain privé, près d'une ferme inhabitée. - Radio France
AVANT - Le campement était installé sur un terrain privé, près d'une ferme inhabitée. © Radio France - Théo Caubel
APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. - Radio France
APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. © Radio France - Emeline Ferry

Une page qui se tourne pour les gilets jaunes

Cette figure du mouvement raconte avoir quitté le campement en février. Selon lui, le campement avait déjà été nettoyé une première fois il y a quelques mois, mais de nouveaux squatteurs sont venus s'installer ensuite. Il regrette que cela ait terni l'image des gilets jaunes. 

"Pendant des mois, ça a été juste un squat. C’est devenu une image très extrême de ce que nous étions. C’est devenu notre fantôme. Ce n’était pas nous. Les gens qui étaient vraiment en lutte pour ce mouvement ne faisaient plus partie de ce rond-point depuis vraiment très longtemps. Là, on a réparé le mal qui avait été fait pour les propriétaires. On a nettoyé, on s’est nettoyés nous-mêmes par la même occasion. C'est un livre qui se ferme", déclare le gilet jaune, qui a décidé de se mettre en retrait du mouvement.

AVANT - Des structures en palettes avaient été installées. - Radio France
AVANT - Des structures en palettes avaient été installées. © Radio France - Théo Caubel
APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. - Radio France
APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. © Radio France - Emeline Ferry

Le soulagement pour les riverains

La fin du campement du rond-point de l'Hermet, c'est aussi une page qui se tourne pour les voisins. "C’est vrai que ça fait plus propre quand même !", sourit Nicolas, qui habite à deux pas du rond-point. "On est tranquilles maintenant. On a rien contre eux, mais au bout d’un moment, c’était un petit peu fatiguant. On les comprend, mais nous aussi il faut nous comprendre. Il faut qu’on puisse vivre et aller travailler", ajoute-t-il, expliquant qu'il a dû faire des détours pendant plusieurs mois pour accéder à sa maison, à cause des barrages filtrants organisés par les manifestants.

Pour Marion, qui vit juste à côté du terrain squatté, c'est aussi un soulagement. "On barricadait le portail pour que personne n’entre. Et encore, on avait des motos qui entraient sur notre propriété, sans notre autorisation. Il y avait des cagettes empilées, de la nourriture partout, des excréments d’animaux. Ils nous ont arraché le compteur d’eau, ils se sont branchés dessus pour avoir de l’eau courant. Et idem dans la maison de famille des propriétaires, ils ont trafiqué les compteurs pour avoir l’électricité.", raconte-t-elle. Et même si le dialogue se passait bien avec les gilets jaunes, la présence des squatteurs était devenue pesante au quotidien. 

AVANT - Le campement avait été installé sur un terrain privé. - Radio France
AVANT - Le campement avait été installé sur un terrain privé. © Radio France - Théo Caubel
APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. - Radio France
APRÈS - Après plus d'un an d'occupation, les gilets jaunes ont démonté leur campement. © Radio France - Emeline Ferry

La cohabitation a également été compliquée avec les commerçants de la zone. Bertrand Boubal tient un magasin de loisirs, accessible par le rond-point. Alors l'année a été très compliquée pour lui. "Il y a eu des journées où on ne voyait quasiment personne, et même plusieurs samedis où on a été obligés de fermer, puisque ça n’avait aucun intérêt de rester ouvert, car l’accès au magasin était quasi-impossible", explique le commerçant, soulagé de pouvoir "à nouveau travailler sereinement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu