Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - En Seine-et-Marne, les retrouvailles d'une famille musulmane pour la fin du ramadan

-
Par , France Bleu Paris

Après un mois de ramadan séparés les uns des autres à cause du confinement, des proches se sont retrouvés ce dimanche en Seine-et-Marne pour l'Aïd el-Fitr, la fête qui célèbre la fin du mois de jeûne des musulmans. Et qui a un goût très particulier cette année.

Cette famille musulmane de Jouarre en Seine-et-Marne a profité du beau temps pour faire un barbecue pour l'Aïd el-Fitr.
Cette famille musulmane de Jouarre en Seine-et-Marne a profité du beau temps pour faire un barbecue pour l'Aïd el-Fitr. © Radio France - Victoria Koussa

"Ma mère a pleuré". Dans son jardin de Jouarre, en Seine-et-Marne, Anouar a tout organisé pour accueillir sa famille pour l'Aïd al-Fitr dimanche, la fête marquant la fin du mois de jeûne du ramadan. Une période très difficile cette année à cause du confinement. Près du barbecue où grillent des merguez, le père de famille raconte les retrouvailles avec ceux qu'il avait, avant l'épidémie, l'habitude de voir tous les jours. "L'émotion, les embrassades... On était content de se retrouver ! Comme si ça faisait très, très longtemps qu'on ne s'était pas vu, on a l'impression que ça a duré deux ans", raconte-t-il.

ECOUTEZ - Anouar nous raconte les retrouvailles avec sa famille après deux mois de séparation et un ramadan isolé.

"Je respire mieux"

Des chansons arabes résonnent dans le jardin, rythmées par les "youyous" de celles qui dansent en attendant le repas. A table, Chadliya, 72 ans, la grand-mère, regarde avec émotion les filles de la famille secouer les épaules. "Je respire mieux, et puis je suis bien dans ma peau, je suis contente, ça fait presque deux mois que je ne sors plus de la maison , que je suis seule", explique la matriarche. 

ECOUTEZ - Le reportage de la rédaction.

Pour autant, l'épidémie est toujours là. Ses enfants et ses petits-enfants évitent de lui faire des câlins. "Il y a comme un frein, admet Aouafet, sa fille, j'évite les embrassades avec ma mère, et même avec les enfants, on fait attention, on se lave les mains, même si c'est compliqué de rester à distance". Pour rattraper le temps perdu, tous discuteront jusqu'à la tombée de la nuit autour d'un thé à la menthe et d'une montagne de pâtisseries orientales.

En attendant que les merguez grillent, les femmes de la famille s'élancent déjà sur la piste.
En attendant que les merguez grillent, les femmes de la famille s'élancent déjà sur la piste. © Radio France - Victoria Koussa
Aouafet et son neveu Jawar font le point sur le stock de pâtisseries orientales.
Aouafet et son neveu Jawar font le point sur le stock de pâtisseries orientales. © Radio France - Victoria Koussa
Les enfants portent leur plus belle tenue pour l'Aïd, souvent une djellaba, qu'ils enlèvent parfois avant de manger pour ne pas la tâcher.
Les enfants portent leur plus belle tenue pour l'Aïd, souvent une djellaba, qu'ils enlèvent parfois avant de manger pour ne pas la tâcher. © Radio France - Victoria Koussa
Choix de la station

À venir dansDanssecondess