Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS - Il y a 70 ans, la libération de Bordeaux

jeudi 28 août 2014 à 6:30 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Le 28 août 1944, trois jours après Paris, Bordeaux à son tour était libérée du joug allemand. Une exposition retrace les jours qui ont précédé et suivi cette date historique au Centre Jean Moulin, où l'on apprend que Bordeaux aurait du brûlé. L'ordre en avait été donné.

L'exposition sur la libération de Bordeaux au Centre Jean Moulin
L'exposition sur la libération de Bordeaux au Centre Jean Moulin © Radio France

C'était le 28 août 1944 , l'Armée allemande quittait Bordeaux. Des scènes de liesse se formaient dans toutes les rues. Bordeaux était libérée, trois jours après Paris. Un moment racontée dans une exposition au Centre Jean-Moulin de Bordeaux , à travers des photos vidéos et objets divers (tickets de rationnement, drapeaux nazis, matériel de sabotage et armes...). On y apprend que Bordeaux aurait dû brûler , qu'elle doit son salut à un soldat allemand en particulier, et que le rationnement a duré juqu'en 1949 car l'Estuaire de la Gironde était rempli d'épaves et inutilisable.

Pierre Cétois avait lui 14 ans ce jour-là. Il était réfugié depuis des mois dans un château à Lussac avec d'autres enfants d'employés de la ville de Bordeaux, pour se protéger des bombardements incessants . Ses parents sont venus le chercher au moment de la Libération.

"Il n'y avait plus le bruit des bottes. Et on retrouvait les bonbons, quelques douceurs, chez le boulanger." — Pierre Cétois, 14 ans en 1944

"il n'y avait plus le bruit des bottes tous les matins à 9h"

"Tous les 50 mètres entre Richelieu et Bacalan, des charges de 250 kilos d'explosifs."

"Ordre a été donné de détruire Bordeaux à tout prix"

"Finalement des négociations, l'explosion d'un bunker provoquée par un soldat allemand et le bluff des résistants aboutissent à un accord et à la libération de Bordeaux le 28 août." — Christian Block le directeur du Centre Jean Moulin

"un soldat allemand ne peut accepter cette destruction et entre en contact avec la Résistance"

En quelques images exposées au Centre Jean-Moulin, la libération de Bordeaux.

Bordeaux libérée - le portrait d'Hitler brûlé
Bordeaux libérée - drapeau nazi détruit
Bordeaux libérée - la foule, place de la comédie
Bordeaux libérée - la une du journal Sud Ouest - Radio France
Bordeaux libérée - la une du journal Sud Ouest © Radio France