Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

[PHOTOS] Ivry-sur-Seine : les travaux de déconstruction de la célèbre cité Gagarine ont commencé

-
Par , France Bleu Paris

Ce samedi, les travaux de démolition de la cité Gagarine à Ivry-sur-Seine dans le Val d'Oise ont débuté. Les premières pierres sont tombées sous le regard de centaines d'anciens habitants et d'Ivryens venus pour l'occasion et très émus.

La cité, emblématique du département, construite en 1961 a vu ses premières pierres chuter sous le regard des habitants émus, venus spécialement pour l'occasion.
La cité, emblématique du département, construite en 1961 a vu ses premières pierres chuter sous le regard des habitants émus, venus spécialement pour l'occasion. © Radio France - Kathleen Comte

La cité Gagarine c'est la cité emblématique du Val-de-Marne. Construite en 1961 à Ivry-sur-Seine, elle avait été inaugurée par le cosmonaute russe Youri Gagarine (premier homme à avoir voyagé dans l'espace) lui-même en 1963. Elle était alors le symbole du renouveau, des 30 Glorieuses, et marquait la volonté des gouvernements de l'époque d'en finir avec les bidonvilles franciliens et d'offrir aux ouvriers plus de confort. Et bien cette cité ouvrière en forme de "T" et composée de 13 étages - qui abritait il y a encore peu 380 familles (toutes relogées) - vit ses dernières heures. Les travaux de déconstruction ont commencé ce samedi. Un geste symbolique. Sous les yeux de centaines d'anciens habitants ou d'Ivryens venus pour l'occasion. Sur place, l'émotion était palpable. 

Les habitants très émus pour l'occasion

Quelques minutes avant le début de la démolition, Josiane 69 ans fixe la cité aux briques rouges. Elle y a vécu pendant 30 ans : "J'étais au premier étage, au-dessus de la loge mais de l'autre côté. _Il y a des souvenirs. Je me plaisais ici_. Si ça ne tenait qu'à moi, je serais restée là."

Même constat pour Liliane, 75 ans, dont 22 passés ici : "J'habitais au 7e étage. On voit les fenêtres de mon ancien appartement. Là c'est la salle à manger, les deux à côté, ce sont les chambres et puis à côté encore, salle de bain et WC et enfin l'autre c'est la cuisine. Alors vous savez ça fait mal."

A gauche, Liliane, 75 ans dont 22 ans passés à la cité. A droite, Josiane, 69 ans dont 30 vécus à Gagarine. - Radio France
A gauche, Liliane, 75 ans dont 22 ans passés à la cité. A droite, Josiane, 69 ans dont 30 vécus à Gagarine. © Radio France - Kathleen Comte

Caramoco Coulibaly, 47 ans, était gardien à la cité pendant trois ans. Lui aussi est venu dire au revoir : "Ce site est un site très attachant. Je ne saurais pas dire pourquoi. Ça fait 20 ans que je suis gardien mais ici, en trois ans, je me suis plus attaché que dans tout mes autres sites de travail." Et même si Caramoco Coulibaly n'est plus gardien ici, ça lui arrive encore de passer plusieurs fois par jour, juste pour "jeter un coup d'oeil".

En trois ans de gardiennage, Caramoco Coulibaly, 47 ans, a eu le temps de connaître les locataires et de s'attacher à la cité. - Radio France
En trois ans de gardiennage, Caramoco Coulibaly, 47 ans, a eu le temps de connaître les locataires et de s'attacher à la cité. © Radio France - Kathleen Comte
Yakhou, 54 ans et tous les jeunes du quartier sont très attachés à la cité Gagarine. Ils y ont passé de nombreuses années et repartent avec plein de souvenirs. - Radio France
Yakhou, 54 ans et tous les jeunes du quartier sont très attachés à la cité Gagarine. Ils y ont passé de nombreuses années et repartent avec plein de souvenirs. © Radio France - Kathleen Comte

Les travaux devraient durer une dizaine d'années 

Pour la déconstruction de la cité, pas d'explosion spectaculaire, mais un bras mécanique qui "gratte" le toit d'un des bâtiments pour en faire tomber les premières pierres. Sous les yeux d'une habitante impressionnée : "_C'est spectaculaire de voir ces grosses pinces qui grignotent le toit_. J'avais déjà assisté à une démolition avec explosion et là c'est très différent, on a vraiment le temps d'observer." 

Le bras mécanique commence par casser les pierres du toit d'un des bâtiments de la cité. Pas d'explosion donc mais les habitants n'en sont pas moins impressionnés. - Radio France
Le bras mécanique commence par casser les pierres du toit d'un des bâtiments de la cité. Pas d'explosion donc mais les habitants n'en sont pas moins impressionnés. © Radio France - Kathleen Comte
Le bras mécanique a fait tomber les premières pierres rouges au sol depuis le 8e étage. Des pierres qui ont ensuite été distribuées aux habitants qui souhaitaient repartir avec un souvenir. - Radio France
Le bras mécanique a fait tomber les premières pierres rouges au sol depuis le 8e étage. Des pierres qui ont ensuite été distribuées aux habitants qui souhaitaient repartir avec un souvenir. © Radio France - Kathleen Comte

Détruire la cité et construire le nouvel éco-quartier prévu devrait prendre en tout une dizaines d'années. Pour un coût estimé autour de 300 millions d'euros. Ce projet devrait comporter à terme 1 430 nouveaux logements dont 30% de logements sociaux et répondra à toutes les normes actuelles. A noter également que deux documentaires sur la cité sont actuellement en cours de tournage.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu