Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS : la commune de Villegongis et ses 140 habitants se mobilisent pour le 11-Novembre

samedi 10 novembre 2018 à 19:52 Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Ce dimanche 11 novembre, cela fait cent ans que l'armistice de la Première Guerre mondiale a été signé. Cet événement est fêté dans toute la France et notamment, dans un petit village de l'Indre, à Villegongis. La centaine d'habitants a préparé de nombreuses festivités.

Certains habitants ont même prévu de se costumer façon 1914-1918 pour les commémorations.
Certains habitants ont même prévu de se costumer façon 1914-1918 pour les commémorations. © Radio France - Aurore Richard

Villegongis, France

L'armistice de la Grande Guerre fête ses 100 ans ce dimanche 11 novembre. Des commémorations sont prévues à Paris sur les Champs-Elysées notamment, avec 72 chefs d'Etats présents. Des petites communes se mobilisent aussi, et même de toutes petites communes comme Villegongis, à une quinzaine de kilomètres de Châteauroux. Il y a 140 habitants et beaucoup d'entre eux ont mis la main à la pâte.

Ils voient grand, très grand avec un char d'assaut. A défaut d'en trouver un, ils en ont fabriqué un : un char ATAK anglais. "C'est fabriqué avec des plaques de contreplaqué. Des rouleaux de sopalin ont servi pour faire des canons", explique Michèle Ring, conseillère municipale qui a fait partie de l'équipe. Ces matériaux de récupération ne coûtent rien, à part du temps. Entre deux et quatre personnes ont travaillé dessus tous les samedis pendant huit mois. 

Pour représenter les boulons, les habitants ont utilisé des boîtes d'oeufs de caille.  - Radio France
Pour représenter les boulons, les habitants ont utilisé des boîtes d'oeufs de caille. © Radio France - Aurore Richard

Cela demande du temps parce qu'il faut être au plus proche de l'époque. C'est aussi ce que fait Jean-Marie, un habitant qui a fabriqué un pigeonnier militaire. "La couleur verte qui a été mise sur le pigeonnier est la même que celle d'un pigeonnier de la Première Guerre mondiale qui se trouve à Meaux", souligne Jean-Marie. 

Pendant le conflit, les pigeons servaient à envoyer et recevoir des messages. Ils jouaient aussi le rôle d'espions.  - Radio France
Pendant le conflit, les pigeons servaient à envoyer et recevoir des messages. Ils jouaient aussi le rôle d'espions. © Radio France - Aurore Richard

Jean-Marie l'a réalisé avec un autre habitant et, avec son fils de 12 ans qui est chargé de sonner les cloches de l'église pendant 11 minutes à 11 heures, ce dimanche. Le maire de la commune Jean Marc Sevault a même prévu une mise en scène : "Quand les cloches sonnent, tout le monde sort de chez soi pour exprimer sa joie, puisque, apparemment cela s'est passé comme cela cette fameuse journée". 

Des mannequins de poilus à l'entrée du village

L'épouse du maire a même fabriqué trois mannequins de poilus. Un habitant de Chezelles, passionné d'histoire a conçu une exposition avec des photos d'archives

Cet habitant expose à la fois des archives familiales mais aussi des archives dénichées dans des brocantes.  - Radio France
Cet habitant expose à la fois des archives familiales mais aussi des archives dénichées dans des brocantes. © Radio France - Aurore Richard

Un habitant de Vineuil amène 14 motos d'époque. Les pompiers ont eux prêté des uniformes d'époque et une lance à incendie.

Les uniformes des hommes du feu étaient à l'époque en simple tissu.  - Radio France
Les uniformes des hommes du feu étaient à l'époque en simple tissu. © Radio France - Aurore Richard

Pour le maire, c'est un devoir de mémoire. "On n'a pas le droit d'oublier ces gens-là, des gens qui ont donné leur vie. Il y en a une dizaine de Villegongis qui ont été tués pendant la guerre", affirme Jean-Marc Sevault. Il aimerait que les jeunes s'en souviennent et pourquoi pas en chansons. Un accordéoniste, qui vit à Villegongis, joue ce dimanche des morceaux comme "Le Madelon".