Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS - La friche Maréchal de Rosières-en-Santerre se prépare à une seconde vie

-
Par , France Bleu Picardie

Racheté l'an dernier par la commune de Rosières-en-Santerre (Somme), le terrain qui abrite l'ancienne usine Maréchal va être complètement réhabilité. Les travaux pourraient commencer l'an prochain et devraient s'étaler sur cinq ans.

La friche Maréchal de Rosières-en-Santerre (Somme)
La friche Maréchal de Rosières-en-Santerre (Somme) © Radio France - Bénédicte Robin

Rosières-en-Santerre, France

L'ancienne usine textile qui abritait jusqu'en 2004 la production des tentes Maréchal en plein cœur de Rosières-en-Santerre (Somme) va faire l'objet de grands travaux de réhabilitation

La porte d'entrée du site donne sur l'actuelle "place du marché, à côté de l'école, du collège, à deux pas de l'église et de la mairie" décrit l'ancien maire et désormais conseiller départemental et régional José Sueur qui a pu racheter le terrain l'an dernier pour la somme de 100 000 euros.

La friche Maréchal de Rosières-en-Santerre (Somme) vue du Jeu de Paume - Radio France
La friche Maréchal de Rosières-en-Santerre (Somme) vue du Jeu de Paume © Radio France - Bénédicte Robin

Un marché couvert et des équipements publics

Le site s'étend sur un peu plus d'un hectare et comprend plusieurs bâtiments donc le plus ancien remonte au début du XXème siècle. "L'idée est de conserver la partie la plus ancienne, en tout cas sa toiture en shed typique des usines de cette époque" détaille l'élu. 

La toiture en shed, typique des anciennes usines, doit être rénovée pour devenir le toit du marché couvert - Radio France
La toiture en shed, typique des anciennes usines, doit être rénovée pour devenir le toit du marché couvert © Radio France - Bénédicte Robin

Cette partie sera ouverte pour permettre la création d'un marché couvert. Les autres bâtiments attenants et sans valeur architecturale particulière seront détruits et remplacés par de nouveaux édifices qui abriteront "une médiathèque, une salle multifonctions, un espace associatif" poursuit José Sueur.

Une cinquantaine de logements dont une résidence senior

Par ailleurs, le projet comprend une cinquantaine de logements, des maisons individuelles dont une partie sera à vocation sociale. Une résidence senior d'une dizaine de logements est également prévue assortie d'espaces verts et de jardins.

L'intérieur de l'ancienne usine Maréchal de Rosière-en-Santerre (Somme) - Radio France
L'intérieur de l'ancienne usine Maréchal de Rosière-en-Santerre (Somme) © Radio France - Bénédicte Robin

Un réseau de chaleur au sous-sol

Le sous-sol qui servait de zone de stockage pourrait accueillir un réseau de chaleur alimenté par une chaudière biomasse qui permettrait de "chauffer le collège, l'école, le gymnase, l'église et bien sûr les nouveaux bâtiments qui seront construits ici" espère José Sueur. Le projet est en cours d'étude.

Le sous-sol de l'ancienne usine pourrait accueillir le réseau de chaleur - Radio France
Le sous-sol de l'ancienne usine pourrait accueillir le réseau de chaleur © Radio France - Bénédicte Robin

Un projet à trois millions d'euros

Ce projet s'inscrit dans  le cadre de la re-dynamisation des centre-bourgs et devrait donc bénéficier de subventions publiques importantes. Le coût global est estimé à 3 millions d'euros mais l'élu compte sur des subventions à hauteur de 2 millions d'euros par l'Etat, la région et le département.

Les travaux quant à eux pourraient commencer dès l'an prochain et devraient durer cinq ans.