Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

PHOTOS - Les carnets de route d'un poilu de 14-18 retrouvés par ses descendants

vendredi 9 novembre 2018 à 18:41 Par Corrine Blotin, France Bleu Provence et France Bleu

C'est par hasard que cette famille marseillaise a retrouvé les "carnets de route" du grand père Claudius, 21 ans, à la déclaration de guerre en 1914. Ses descendants ont tenu à lui rendre hommage en retranscrivant intégralement ces carnets chargés d'histoire et d'émotion.

Les carnets de route de 14/18 de Claudius retrouvés par hasard au fond d'une bibliothèque
Les carnets de route de 14/18 de Claudius retrouvés par hasard au fond d'une bibliothèque © Radio France - Corrine Blotin

Marseille, France

Ces carnets ont bien failli rester enfouis à jamais. Ils ont été découverts par les petits enfants de Claudius bien après sa disparition : "C'est un hasard. Dans le fond de la  bibliothèque de la grand-mère, à son décès, on a trouvé cette boite à gâteaux en métal. À l'intérieur, des papiers, des lettres, et ces carnets de route de la guerre de 14 du grand père, raconte Colette. Beaucoup de surprises et d'émotions, et on se dit que toutes ces lignes dans ce carnet ne doivent pas rester enfermées dans cette boite, on se sent un devoir de les retransmettre, un devoir de mémoire". 

Claudius, 21 ans, le 10 novembre 1914 : "Je pars - quelques regards en arrière" 

Dans ces carnets, Claudius raconte son quotidien : la guerre, le froid, la faim, la vie au front, dans les tranchées, les bombardements, comme cette journée du 19 février 1915 où il écrit : "Dans la journée, plus de 150 obus de 130 sont tirés sur l'hôtel où nous sommes retranchés." La mort des compagnons d'infortune, mais aussi les amitiés, les moments de joie, il y en a, les retrouvailles et même les échanges avec l'ennemi  : "Un lieutenant français et un officier boche ont échangé des cigares en avant des tranchées... à un endroit, une fontaine entre les tranchées ennemies, par un accord tacite, boches et français y vont sans armes, puiser de l'eau à tour de rôle." 

"Cétait tous des jeunes, allemands ou français avec les mêmes problèmes dans ces tranchées."

En novembre 1915, Claudius embarque à Marseille direction la Serbie : "Il y aura un an que suis au front, je voudrais tant revoir mes parents avant ce grand départ". La Serbie, campagne oubliée et meurtrière , dont il  a la chance de revenir sain et sauf en 1918. Claudius ne parlera jamais de ces carnets.  

Vous pouvez retrouver l'intégralité des carnets,  Photos et dessins de Claudius à l'adresse suivante : https://carnetderoute1914.wordpress.com

Claudius, 21 ans, parti au front le 10 novembre 1914 - Radio France
Claudius, 21 ans, parti au front le 10 novembre 1914 © Radio France - Corrine Blotin
deux petits carnets chargés d'histoire et d'émotions, témoins de la première guerre mondiale  - Radio France
deux petits carnets chargés d'histoire et d'émotions, témoins de la première guerre mondiale © Radio France - Corrine Blotin
une feuille de chêne, sur laquelle on peut lire Madeleine, le 10 août 1915 - Radio France
une feuille de chêne, sur laquelle on peut lire Madeleine, le 10 août 1915 © Radio France - Corrine Blotin
extrait du carnet de route de la guerre de Claudius, poilu de 14/18 - Radio France
extrait du carnet de route de la guerre de Claudius, poilu de 14/18 © Radio France - Corrine Blotin