Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

PHOTOS - Les salariés d'Air France mobilisés contre la suppression de la navette Bordeaux-Paris

Par

Plus d'une cinquantaine de salariés d'Air France, délégués syndicaux mais aussi quelques usagers se sont rassemblés ce jeudi à midi devant l'agence d'Air France à Bordeaux contre la suppression de la navette entre la capitale girondine et Orly. 114 postes seraient menacés selon les syndicats.

Les salariés d'Air France ont exprimé leur inquiétude ce jeudi midi devant l'agence des allées de Tourny. Les salariés d'Air France ont exprimé leur inquiétude ce jeudi midi devant l'agence des allées de Tourny.
Les salariés d'Air France ont exprimé leur inquiétude ce jeudi midi devant l'agence des allées de Tourny. © Radio France - Mélanie Juvé

Les salariés d'Air France ont exprimé leur colère ce jeudi midi, devant l'agence aux allées de Tourny. Un rassemblement en présence de plus d'une cinquantaine de personnes pour protester contre la suppression de la navette entre l'aéroport de Bordeaux-Mérignac et Orly, officialisée le 3 juillet par la compagnie.

Publicité
Logo France Bleu

A la fin du mois de mai, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait réaffirmé que l'aide de sept milliards d'euros de l'Etat serait conditionnée au fait que la compagnie aérienne s'engage à supprimer les "petites lignes" lorsqu'il existe un alternative ferroviaire, soit un trajet en train de moins de 2h30. 

114 postes à temps plein menacés

D'après les syndicats, la suppression de la navette menacerait 114 postes équivalent temps plein sur les près de 200 de l'escale Bordeaux-Mérignac. Ils protestent également contre la suppression de la dizaine d'emplois de l'agence commerciale d'Air France des allées de Tourny, dont la fermeture est estimée entre mars et décembre 2021. Pour l'heure, expliquent les syndicats, la direction d'Air France propose un plan de départs volontaires dans le cadre du plan social, et par la suite de possibles reclassements notamment à Paris.

"On a pas trop le choix, soit on prend un plan de départ volontaire, soit on est mutés à Roissy-Charles de Gaulle, et si on ne veut rien c'est la porte. On a tous des familles et des enfantsn c'est une décision très difficile à prendre." estime Laurence Ducros, 46 ans, agent d'escale à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, et qui compte vingt ans de carrière chez Air France. 

"On est des bébés aéroport et on ne sait rien faire d'autre on va dire ! On veut se battre et ne rien lâcher" — Laurence Ducros, agent d'escale à Bordeaux-Mérignac

Un temps de trajet rallongé pour les usagers

Les syndicats pointent également les conséquences pour les passagers à destination des Antilles, de la Réunion ou de la Guyane par exemple, puisque les départs se font depuis l'aéroport d'Orly. "Les passagers n'auront plus que le choix du train, ce qui veut dire plus de correspondance pour transporter les bagages, pour pouvoir avoir les cartes d'embarquement comme on le fait ici" explique Corinne Blazejczak, déléguée syndicale CGT. 

Reste également la solution de prendre l'avion à Toulouse, ce que compte faire Jean-Marc, habitant du Sud-Gironde qui travaille pour une société de service à la personne et voyage partout en France. "Je prends l'avion pratiquement toutes les semaines et sur Orly deux à trois fois par mois, pour les aéroports régionaux, les Antilles et la Guyane. Et là je ne vois pas comment je pourrais prendre des correspondances en prenant le train, avec les bagages c'est compliqué. Je préfère prendre l'avion, j'ai une heure et demie de route pour aller à Toulouse, ça fera à peu près une heure de perdue au total".

La navette Bordeaux-Paris représentait dix vols quotidiens, les syndicats réclament le rétablissement d'au moins quatre allers-retour par jour, en surlignant une fois de plus la fréquentation de la ligne Bordeaux-Orly avec près de 560.000 voyageurs chaque année. La liaison entre la capitale girondine et l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle reste, elle, maintenue. 

Prochain étape pour les élus du CSE et CSE central d'Air France, la phase de consultation concernant le plan de départs volontaires en décembre. D'ici là, les syndicats espèrent un signe en leur faveur de l'Etat, qu'ont également interpellé des élus locaux comme Christophe Duprat, maire de Saint-Aubin de Médoc et Jérôme Pescina, son homologue à Martignas-sur-Jalles.

Rassemblement des salariés d'Air France à Bordeaux contre la suppression de la navette jusqu'à Orly. © Radio France - Mélanie Juvé
L'agence commerciale d'Air France doit fermer à l'horizon 2021 selon les syndicats. © Radio France - Mélanie Juvé
Quelques usagers sont venus apporter leur soutien aux salariés d'Air France. © Radio France - Mélanie Juvé
Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées devant l'agence commerciale Air France à Bordeaux. © Radio France - Mélanie Juvé

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu