Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉOS - Plus de 1.000 manifestants à Montpellier contre les violences faites aux femmes

samedi 24 novembre 2018 à 20:10 Par Romain Berchet, France Bleu Hérault

Plus de 1.000 personnes ont manifesté ce samedi dans le centre-ville de Montpellier pour une marche contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Une mobilisation à l'appel du collectif #NousToutes.

La manifestation montpelliéraine contre les violences faites aux femmes
La manifestation montpelliéraine contre les violences faites aux femmes © Radio France - Romain Berchet

Montpellier, France

À l'appel du collectif #NousToutes, plus d'un millier de personnes ont marché dans le centre de Montpellier contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Un véritable ras-le-bol exprimé haut et fort dans la droite ligne du hashtag #Metoo après l'affaire Harvey Weinstein qui a permis la libération de la parole des femmes.

Des violences quotidiennes

"C'est tous les jours" reconnaissent les manifestantes. Du regard appuyé dans le bus à l'insulte aux violences physiques, le constat dressé par Julie, Sophie, Noélie ou encore Pauline est le même. "La violence psychologique peut vitre se transformer en violence physique" précise Sylvie qui reconnaît "hésiter à porter une jupe pour sortir même si je trouve ça très triste de raisonner de la sorte." 

"Il faut être parfois un stratège de guerre pour rentrer à la maison. Tu es un GPS humain pour éviter les zones sensibles"

"Il faut également des actes forts" lance Marie-Noëlle Lanuit, présidente de la Women’s march à Montpellier. "Par exemple des condamnations lourdes de la part de la justice notamment pour les personnages publics" ajoute-t-elle.

De nombreux hommes

Il y a avait environ un tiers d'hommes dans le cortège qui a rejoint la place de la Comédie depuis le jardin du Peyrou. C'était le cas de Marc, un père de famille d'une cinquantaine d'années : "cette prise de conscience est là mais trop tardive." Pour sa part, il discute énormément avec sa fille de 18 ans. "Tout passe par l'éducation mais je reconnais qu'il m'est déjà arrivé de la prévenir au sujet des habits qu'elle allait choisir. C'est triste oui mais c'est pour la protéger pour lui éviter le regard des autres" explique Marc. Pour les organisateurs, la forte présence d'hommes dans le cortège montpelliérains est une bonne nouvelle dans ce long processus de changement des mentalités et des comportements.