Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Plus de 600 personnes manifestent contre la loi "sécurité globale" et la précarité à Valence

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Plus d'une trentaine d'associations, de partis politiques et de syndicats appelaient à manifester à Valence (Drôme) ce samedi 5 décembre. Le cortège est parti de la Fontaine monumentale pour rejoindre la préfecture de la Drôme avant de revenir sur ses pas.

Europe Ecologie Les Verts, la France Insoumise, la CGT ou encore la Ligue des droits de l'Homme appelaient à manifester.
Europe Ecologie Les Verts, la France Insoumise, la CGT ou encore la Ligue des droits de l'Homme appelaient à manifester. © Radio France - François Breton

Les opposants à la loi "sécurité globale" de retour dans la rue de Valence ce samedi 5 décembre. Une trentenaire de syndicats, partis politiques et associations appelaient à manifester, une semaine après une première mobilisation importante qui avait réuni plus 1500 personnes.

Ce samedi, ils étaient 600 d'après les policiers, 800 selon les organisateurs à s'être donné rendez-vous devant la Fontaine monumentale en début d'après-midi. Après de nombreuses prises de parole, le cortège s'est élancé vers la préfecture de la Drôme. Arrivé devant le bâtiment, le cortège a fait demi-tour pour revenir à son point de départ.

Les pancartes contre la loi "sécurité globale" étaient nombreuses dans le cortège ce samedi
Les pancartes contre la loi "sécurité globale" étaient nombreuses dans le cortège ce samedi © Radio France - François Breton

Étendre la lutte

Si la lutte contre la loi "sécurité globale" est l'une des raisons principales raisons de la manifestation, les organisateurs voulaient aussi dénoncer la précarité. "Il nous semble pertinent que les mobilisations actuelles s’élargissent à la situation sociale qui ne cesse d’empirer. Le gouvernement n’engage aucune mesure, notamment, pour contrer les terribles vagues de licenciements qui s’abattent sur les travailleurs, ni pour mettre fin à la précarité, la pauvreté et à la misère qui s'étendent dramatiquement", écrivent-ils dans un communiqué commun.

"Le but, c'est de montrer au gouvernement que nous sommes en train de nous mobiliser pour la solidarité, que nous nous regroupons les uns les autres pour affronter les prochaines années qui vont être très dures à traverser", explique Clélia, une manifestante.

En tête de cortège, la CGT. Le syndicat organise traditionnellement une manifestation le premier week-end de décembre conte la pauvreté.
En tête de cortège, la CGT. Le syndicat organise traditionnellement une manifestation le premier week-end de décembre conte la pauvreté. © Radio France - François Breton

"J'ai très peur pour les jeunes qui sont en étude, confie Nathalie, à propos de la précarité. Les jeunes s'interrogent, ont du mal à poursuivre leurs études dans ces conditions avec la crise sanitaire. Ils ont du mal à trouver du travail. Je suis très inquiète aussi pour ces gens qui sont au chômage partiel ou qui ont perdu leur travail."

Ce samedi matin, une centaine de manifestants ont défilé pour les mêmes raisons dans le centre-ville d'Annonay. À Aubenas, entre 250 et 300 personnes se sont données rendez-vous place du Champs-de-Mars avant de défiler dans le centre-ville dans le calme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess