Société

PHOTOS | Rencontre avec la patrouille Couteau Delta sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey

Par Thomas Schonheere, France Bleu Sud Lorraine samedi 1 juillet 2017 à 4:30

Le capitaine Axel, de la patrouille Couteau Delta, dans un Mirage 2000D.
Le capitaine Axel, de la patrouille Couteau Delta, dans un Mirage 2000D. © Radio France - Thomas Schonheere

Les deux équipages de la patrouille Couteau Delta, basés à Nancy-Ochey, ont rejoint en février dernier le club des "ambassadeurs" de l'armée de l'air Ce week-end, ils participent au meeting de Saint-Dizier, aux côtés des pilotes de la Patrouille de France.

Ils sont quatre et, depuis février dernier, ils sont en photo sur les plaquettes de l'armée de l'air. Deux pilotes, deux navigateurs, un équipage leader et un équipage équipier, deux chasseurs Mirage 2000D, voilà la patrouille Couteau Delta, hébergée en Meurthe-et-Moselle, sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey.

"Je dois être un peu maso"

Comme les pilotes de la Patrouille de France, les Couteau Delta sont des "ambassadeurs". Leur objectif : montrer le savoir-faire de l'armée française, créer des vocations et en mettre plein les yeux pendant les meetings avec leur présentation aérienne d'une douzaine de minutes. Les figures, condensées et chorégraphiées, sont les mêmes que celles utilisées lors des missions de combat : « C’est un panel de figures qui montre l’ensemble des capacités et l’ensemble des techniques que l’avion peut nous proposer, explique le capitaine Axel. Il y a des passages à très haute vitesse et à basse altitude, et puis d’autres passes de tirs plus verticales où l’avion du leader part en piqué. »

« Je dois être un peu maso, poursuit le capitaine Pastif. J’aime bien toutes les figures avec du facteur de charge. Lors du passage à basse altitude et très haute vitesse, vu que l’on va très vite, quand on va virer, on va augmenter le facteur de charge : 6,5 fois le poids de son corps ! Donc oui, on est un peu écrasé dans le siège, mais c’est ce qui est sympa. »

"Non, ce n'est pas les vacances"

Pendant six mois, les pilotes sont concentrés sur la préparation de la patrouille. Le reste de l’année, ils peuvent être en escadron et être envoyés en mission extérieur. « Non, la patrouille ce n'est pas les vacances, sourit le capitaine San. Réaliser un panel de figures comme cela, ce n’est pas ce que l’on est habitué à faire." "J'avais plus de temps avant d'attaquer la patrouille, ajoute le capitaine Pastif. ll n’y a pas que le meeting, il y a toute la phase de préparation et tout le temps consacré au contact avec le public." En effet, en tant qu'ambassadeurs de l'armée française, les Couteau Delta sont aussi amenés à communiquer sur les réseaux sociaux, un exercice qui leur est impossible lorsqu'ils sont en escadron.

« Ce n’est pas du tout une soupape, c’est un métier qui est différent, conclut le capitaine Axel. Nous sommes formés à faire notre travail, donc il n’y a pas plus de pression quand nous sommes en opération à l’extérieur. Effectivement, les deux missions n'ont pas les mêmes enjeux, mais la question de la sécurité est toujours présente, surtout en meeting parce qu’il y a du public. »

Les capitaines Axel et San de la patrouille Couteau Delta

La patrouille Couteau Delta sera en représentation ce week-end (1er et 2 juillet) à Saint-Dizier, sur la base aérienne 113.