Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

PHOTOS - "Urpeko ondarea", à la recherche des vestiges sous-marins de la côte basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Durant une semaine, les associations Itsas Begia et INSUB ont mené des fouilles archéologiques sous-marines au large de la baie de Txingudi. Objectif du programme transfrontalier "Urpeko ondarea" : dresser une cartographie et mettre en valeur tout un patrimoine immergé méconnu.

Ce jeudi 30 juillet, les plongeurs ont découvert à environ 1 mile du port d'Hendaye, la présence de trois ancres, à 30 mètres de profondeur.
Ce jeudi 30 juillet, les plongeurs ont découvert à environ 1 mile du port d'Hendaye, la présence de trois ancres, à 30 mètres de profondeur. - David Alonso Vega

Saviez-vous que les eaux de la côte basque abritent quelques trésors ? Des amphores de l'antiquité romaine, des pièces d'artilleries datant de plusieurs siècles, d'immenses ancres de bateau, et peut-être, quelques épaves... C'est tout ce patrimoine auquel s'intéresse le programme transfrontalier "Urpeko ondarea" (le patrimoine sous-marin). 

Initié en 2018 par les associations Itsas Begia (basée à Saint-Jean-de-Luz), et INSUB (basée à Donostia / Saint-Sébastien), ce projet a pour but d'inspecter les vestiges archéologiques sous-marins de la côte basque, avant de les cartographier et dresser un inventaire. C'est la première fois que deux associations situées de part et d'autres de la frontière coopèrent ainsi dans un cadre scientifique, pour mener de telles recherches à l'échelle du Pays basque. Lancé avec l'aval du Ministère de la Culture, le projet est soutenu financièrement par diverses collectivités, dont le département des Pyrénées-Atlantiques et la Diputacion du Gipuzkoa.

Ce jeudi 30 juillet, deux plongeurs archéologues se sont immergés au large d'Hendaye, dans le but précis de photographier une ancre de bateau.
Ce jeudi 30 juillet, deux plongeurs archéologues se sont immergés au large d'Hendaye, dans le but précis de photographier une ancre de bateau. © Radio France - Andde Irosbehere

De précédentes recherches entreprises par Itsas Begia en baie de Saint-Jean-de-Luz avaient permis de mettre au jour plusieurs canons du XVIIè siècle, mais aussi les vestiges d'un voilier anglais qui avait coulé en 1882. Cette fois-ci, la nouvelle campagne de fouilles qui s'achevait ce samedi 1er août se concentrait sur la baie de Txingudi. 

Epaulés par des bénévoles et notamment la SNSM, plusieurs archéologues-plongeurs se sont rendus dans des eaux dont la France et l'Espagne se partagent la souveraineté. A partir de recherches ethnographiques et de précieux témoignages recueillis auprès d'anciens plongeurs, ils se sont notamment rendus dans une zone où seraient cachées plusieurs ancres de bateau.

Reportage France Bleu Pays Basque à bord du bateau dédié au projet "Urpeko Ondarea"

"Tous ces vestiges matériels sont très fragiles, et si on ne fait pas ce travail aujourd'hui, cette partie de l'histoire disparaîtra pour toujours", raconte David Alonso Vega, archéologue, plongeur professionnel, et membre de l'association Itsas Begia. "Ça va nous permettre de comprendre les relations entre l'homme et la mer, depuis la préhistoire, et documenter une partie des actions humaines : les batailles, les guerres, les naufrages, la chasse à la baleine, les voies commerciales ... tellement de choses qu'on pourrait raconter à partir des vestiges qui sont sous l'eau ! Cousteau disait : "l'homme protège tout ce qu'il aime", mais pour aimer, d'abord il faut connaître. On est dans cette démarche-là : on aimerait faire connaître l'importance de l'histoire qui est submergée dans notre littoral."

David Alonso Vega, codirecteur du projet "Urpeko ondarea"

Euskal Herriko ondare bat ezagutu eta baloratu

Orain arte inoiz ikertua izan den ondare baten bila doazte ikerlariak. Maria Intxaustegi, itsaspeko arkeologoa da, nabigatzailea baita ere eta INSUB elkarteko arkeologia saileko zuzendaria. "Aurkitu duguna da, Erromatar, Erdi-Aroko eta aro modernoko aztarnak. Horrek esan nahi du badia honetan aktibitate asko egon zala."..."Garrantzitsua da jakitea uretara joaten garela bainan benetazko ikerkuntza lana gero etortzen dala. Material honekin, jakin behar dugu nundik datorren, zer esan nahi duen ... Gure helburua da jakitea zer dagoen itsas-azpian. Nahiz eta ez ikusi, hor dagoela jakin behar da."

Urpeko ondarea, erreportaia euskaraz

Avant chaque plongée, un point d'étape
Avant chaque plongée, un point d'étape © Radio France - Andde Irosbehere
David Alonso Vega et son collègue Thierry sont les deux plongeurs de la matinée
David Alonso Vega et son collègue Thierry sont les deux plongeurs de la matinée © Radio France - Andde Irosbehere
Les deux plongeurs ont trente minutes chrono pour s'immerger dans l'eau, jusqu'à 30 mètres de profondeur
Les deux plongeurs ont trente minutes chrono pour s'immerger dans l'eau, jusqu'à 30 mètres de profondeur © Radio France - Andde Irosbehere
.
. © Radio France - Andde Irosbehere
.
. © Radio France - Andde Irosbehere
.
. © Radio France - Andde Irosbehere
Jeudi 30 juillet, parmi les trouvailles des archéologues, trois immenses ancres, qui dateraient du XVIIè siècle. Les plongeurs prennent des mesures et dessinent sous l'eau
Jeudi 30 juillet, parmi les trouvailles des archéologues, trois immenses ancres, qui dateraient du XVIIè siècle. Les plongeurs prennent des mesures et dessinent sous l'eau © Radio France - Andde Irosbehere
Les fouilles ont eu lieu au large d'Hendaye et Fontarrabie
Les fouilles ont eu lieu au large d'Hendaye et Fontarrabie © Radio France - Andde Irosbehere

Les nombreux autres vestiges trouvés sont pour l'instant tenus secrets par les archéologues. "Mais nous avons retrouvé des vestiges de l'époque romaine, du Moyen-Âge, et de l'époque moderne". Tout cela va désormais faire l'objet de l'une étude pour les contextualiser. Les résultats de ces fouilles seront probablement connus et dévoilés d'ici un an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess