Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS | Visitez le Centre d'Histoire Guerre et Paix de Souchez, près d'Arras

vendredi 29 mai 2015 à 6:00 Par Marie Mutricy, France Bleu Nord

Le Centre d'Histoire Guerre et Paix de Souchez va être inauguré samedi et ouvrira au public le 9 juin prochain. Il accueille une exposition permanente sur les batailles qui eurent lieu dans le Nord-Pas-de-Calais, au pied de Notre-Dame-de-Lorette et de l'Anneau de la Mémoire.

Centre d'histoire Guerre et Paix - Lens 14-18.
Centre d'histoire Guerre et Paix - Lens 14-18.

Le Nord-Pas- de-Calais a désormais un centre dédié à l'histoire de la Première guerre mondiale à Souchez, la commune juste en-dessous de Notre-Dame-de-Lorette, près d'Arras , la plus grande nécropole militaire française. Ce mémorial - cube noir éclaté - permet d'exposer la réalité de ce qu'a été la Grande Guerre alors qu'il n'y a plus aucun survivant de cette époque. Le bâtiment sera inauguré samedi 30 mai et ouvrira au public le 9 juin prochain.

La mémoire sourde du lieu

Comment parler d'un conflit meurtrier (580 000 soldats sont morts sur les champs de bataille de la région) et destructeur (en 1918, 350 communes du Nord-Pas-de-Calais sont rasées de la carte) , alors que le paysage alentour est idyllique ?

"La question de la mémoire sourde du lieu est très importante ", explique l'architecte Pierre-Louis Faloci, spécialiste de ce concept. Les champs à perte de vue, des coqueliquots, rien ne subsiste de la guerre. "Il a fallu concevoir un bâtiment sans recopier, refaire le bruit de la guerre, mais plutôt enfermer ce projet dans une série de séquences, dans des grandes boites noires éclatées ".

Les images omniprésentes

Des boites noires, comme pour la photographie. Le choix n'est pas anodin car les images sont omniprésentes dans le Centre d'Histoire Guerre et Paix . "On présente des documents totalement inédits qui viennent des photos prises par les combattants, qu'ils ont souvent gardé pour eux, qu'ils n'ont même pas montré à leurs familles et qu'on a retrouvé des années plus tard dans les greniers et les armoires de la région , raconte Yves Le Maner, historien et membre du comité scientifique de la Mission du Centenaire.Et ses images sont beaucoup plus violentes que l'image officielle que l'on donne du conflit dans les ouvrages historiques traditionnels ".

Plus de 5000 photographies ont été acquises dans une trentaine de centre d'archives du monde entier. Près de 400 sont présentées, du très grand format au cliché à hauteur du regard.

Des objets du quotidien

Le Centre accueille également la remarquable collection d'objets recueillis lors de fouilles de zones de tranchées, autour d'Arras, sous la conduite d'Alain Jacques, archéologue de la Première Guerre mondiale. Bouteilles d'eau, ravitaillement, mais aussi uniformes, armes et obus.

**Diaporama

**