Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pics d'Or des pires dispositifs urbains anti-SDF : Dijon, ville austère ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Certaines installations à Dijon semblent exister pour empêcher les SDF de s'y installer, c'est le problème soulevé dans tout le pays par la Fondation Abbé-Pierre et ses ironiques "Pics d'Or." Selon un sans-abri, Dijon est de plus en plus austère. La ville conteste : l'objectif est tout autre.

Un "Pic d'Or" Place Grangier à Dijon, selon la ville c'est pour permettre "aux personnes âgées de se relever"
Un "Pic d'Or" Place Grangier à Dijon, selon la ville c'est pour permettre "aux personnes âgées de se relever" © Radio France - Sophie Allemand

Lundi 02 mars, la Fondation Abbé-Pierre a remis les "pics d'or" : une cérémonie satirique qui récompense les pires dispositifs urbains anti-SDF ! Vous savez ces pics le long des vitrines, les grilles, les poteaux, ou encore les bancs où l'on ne peut pas s'étendre. Place Grangier, il y a plusieurs grands bancs gris avec des accoudoirs tout le long, impossible de s'y allonger. Selon la Ville, l'objectif n'est absolument pas d'exclure les sans-abris, mais de prendre soin du confort des personnes âgées

"Ils font tout pour que l'on ne reste pas là," un SDF dijonnais

Sur ces bancs Place Grangier, une affiche de la Fondation Abbé-Pierre : "Pic d'Or des pires dispositifs anti-SDF". Une installation loin de faire l'unanimité chez les dijonnais : "la commune fait le nécessaire pour écarter ces gens du champ de vision, faut pas les mettre là où ça tache. Alors que c'est une réalité.

Dans une rue à côté, par terre, Alexis vêtu de noir, fait la manche. Il a l’impression qu’on veut le faire disparaître du centre-ville : "avant il y en avait très peu à Dijon. Maintenant il y en a de plus en plus, même devant des magasins, ils mettent des choses pour empêcher les gens de s'asseoir. Ils font tout pour que les personnes ne restent pas là." 

Pour Alexis, cela ne fait que déplacer le problème : "de toute façon quand on est à la rue, on n'a pas le choix. On se mettra ailleurs : dans un hall d'immeuble, là où l'on sera moins visible. C'est là que l'on nous dérange le moins."

L'objectif n'est absolument pas d'exclure les sans-abris, explique la Ville de Dijon

Nous avons contacté Dominique Martin-Gendre, adjointe au maire, déléguée à l'équipement et travaux urbains, circulation et politique de l'âge de la mairie de Dijon.  

Selon l'adjointe, "l'objectif n'est absolument pas d'exclure les sans-abris du centre." Dijon est classé "Ville Amie des Aînés" par l'organisation mondiale de la Santé. Ces bancs répondent à une demande des personnes âgées : ces accoudoirs sont là pour les aider à se relever. Devant le Musée des Beaux-Arts, sur les bancs en pierre il y a des barres de métal : ce serait pour éviter que les skateurs ne les abîment, toujours selon la Ville. Pour le reste : les grilles devant les entreprises dépendent du privé.

Les bancs, face au Musée des Beaux-Arts : les barres en métal sont "là pour empêcher les skateurs d'abîmer la pierre" selon la Ville
Les bancs, face au Musée des Beaux-Arts : les barres en métal sont "là pour empêcher les skateurs d'abîmer la pierre" selon la Ville © Radio France - Sophie Allemand
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu