Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pierre Sadran , politologue : "Les élections européennes sont trop éloignées de la culture politique française "

-
Par , France Bleu Gironde

L'abstention risque bien d'être le premier parti de France à l'issue du scrutin de dimanche . Les élections européennes sont traditionnellement boudées par les électeurs, en France particulièrement où elles représentent un décalage avec une culture politique attachée à l'opposition droite - gauche. L'analyse du politologue Pierre Sadran.

Pierre Sadran, politologue, ancien directeur de Sciences-Po Bordeaux
Pierre Sadran, politologue, ancien directeur de Sciences-Po Bordeaux © Radio France

La campagne des européennes est loin d'avoir passionnée les foules. Ces élections ont toujours été marquées par une très forte abstention . En cause, un manque de lisibilité de ce que sont les institutions européennes et de ce qu'elles peuvent apporter. C'est l'analyse du politologue Pierre Sadran, ancien directeur de Sciences-Po Bordeaux.

"Les élections européennes sont en décalage avec notre culture politique, on a du mal à se faire à ce genre de fonctionnement qui n'est pas fondé sur un affrontement gauche-droite." — Pierre Sadran

Le débat sur la question de l'Europe, en France, a du mal à dépasser le stade du pour ou contre l'Union. Un débat dont sortent vainqueurs les eurosceptiques.

"Ce qui domine ce scrutin c'est la vague de scepticisme, voire de rejet à l'égard de l'Europe."

Le risque c'est que le scrutin de dimanche serve de défouloir.

"Le sentiment de défouloir est facilité par la nature du scrutin qui est un scrutin proportionnel à une seul tour avec une explosion de l'offre."

►►► Découvrez les candidats aux européennes dans le sud-ouest

Pierre Sadran : " Il y a un manque de lisibilité des institutions européennes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess