Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

"Pique-niquer debout, c'est un peu compliqué" : à Quend-Plage, certains font de la résistance

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Les plages de la Somme sont de nouveau accessibles au public, mais il faut rester dynamique : se poser sur le sable ou faire des jeux collectif reste interdit. A Quend-Place, en plein weekend prolongé, la règle n'est pas forcément respectée par tout le monde...

Myriam et son compagnon lézardent au soleil, sans scrupule.
Myriam et son compagnon lézardent au soleil, sans scrupule. © Radio France - Hélène Fromenty

En ce weekend prolongé de l'Ascension, de nombreux Samariens profitent du beau temps sur le littoral picard. Alors, oui, les plages de la Somme ont rouvert le weekend du 16 mai sur dérogation de la préfecture, mais les visiteurs doivent rester dynamiques : s'asseoir sur le sable, faire bronzette ou jouer à des jeux collectif est toujours interdit. 

Mais à Quend-Plage, ce jeudi, force est de constater que la règle sanitaire n'est pas vraiment dans tous les esprits. "Je ne savais pas qu'on n'avait pas le droit de déplier la serviette, assure François, allongé sur son drap de bain. On a juste regardé si les plages étaient ouvertes, mais on ne s'est pas posé plus de questions."

Posée sur son paréo, à bonne distance des autres, Géraldine ne comprend pas trop la mesure. "Je ne vois pas en quoi c'est gênant pour quelqu'un que je sois assise ici. Je ne peux contaminer personne, si tant est que je sois contaminée..."

Ici, je ne peux contaminer personne

Pique-nique en famille

D'autres reconnaissent qu'ils étaient au courant, mais assument. "On sait qu'on a pas le droit, affirme Christelle, en plein pique-nique avec sa famille. Mais déjeuner debout c'est un peu compliqué. Et puis ça fait aussi partie de notre patrimoine de manger sur la plage !"

"Il faut revivre, sinon on ne fait plus rien, renchérit son mari, Alain, face à une glacière pleine à craquer. On a le droit de retravailler, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas se faire plaisir !"

Christelle et Alain sont venus pique-niquer en famille.
Christelle et Alain sont venus pique-niquer en famille. © Radio France - Hélène Fromenty

Même crédo pour Myriam, en maillot de bain, affalée au soleil. "C'est ça la vie. De toutes façons, je n'ai pas les capacités physique et pulmonaire de marcher pendant des heures, donc je profite de la vie ici. Et puis on a été assez punis pendant le confinement." 

On a été assez punis pendant le confinement

Amende de 135 euros

De son côté, Martine, bien installée dans son petit fauteuil pliant, joue la carte de l'âge. "Vous savez j'ai 71 ans, j'ai des problèmes de dos, au bout d'un moment je dois m'asseoir. Mais c'est ma seule entrave, j'ai été raisonnable ces dernières semaines."

Martine, 71 ans, bien installée pour profiter du soleil.
Martine, 71 ans, bien installée pour profiter du soleil. © Radio France - Hélène Fromenty

En cas de contrôle de gendarmerie, cette retraitée a tout prévu. "Si on me dit de partir, je reprends mes affaires et je retourne à la voiture, je regarderai la mer de loin. Et puis si on me demande 135 euros, je paierai, ça en vaut la chandelle. Je n'ai jamais fait de prison, c'est peut-être l'occasion !"

Un discours qui met Stéphanie hors de ses gonds. "Ça m'énerve", lâche cette habitante des environs. "Les plages vont refermer à cause de gens comme ça. Ils ne se rendent pas compte que certains vivent ici à l'année, et c'est dommage pour eux."

Les plages vont refermer à cause de gens comme ça

Avant le weekend de l'Ascension, la préfète de la Somme a rappelé que si les règles sanitaires n'était pas respectées, les plages pourraient de nouveau être fermées à tout moment. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu