Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plainte contre d’anciens élus de Bobigny : la mairie donne des détails

-
Par , France Bleu Paris

Trois mois et demi après la passation de pouvoir entre centristes et communistes, la nouvelle municipalité de Seine-Saint-Denis assure avoir découvert des dossiers "pourris" dans les placards. Cinq plaintes ont été déposées contre des membres de l’ancienne équipe.

La Ville de Bobigny accuse d'anciens élus de malversations - illustration
La Ville de Bobigny accuse d'anciens élus de malversations - illustration © Radio France - Faustine Calmel

« Tous les jours j’ai des dossiers qui arrivent sur mon bureau » assure Mohamed Aissani, le nouveau président de l’Office public de l’habitat (OPH) de Bobigny. Et c’est lui qui a ce mardi matin donné les détails des cinq plaintes déposées la semaine dernière par l’OPH à l’encontre de l’ancien président de l’organisme HLM, Jonathan Berrebi, mais aussi l’ancien maire UDI Stéphane de Paoli, et son premier adjoint Christian Bartholmé. 

Soupçons de favoritisme et d’escroquerie

Les accusations sont multiples : du favoritisme au détournement de biens en passant par l'escroquerie et le faux et usage de faux.

Parmi ces dossiers, on retrouve la vente de l’immeuble Gaston Crépin, onze logements sociaux cédés à une entreprise dont le dirigeant serait une connaissance de Jonathan Berrebi. L’ancien président de l’OPH est aussi soupçonné d’avoir fait travailler pour l’Office l’entreprise Simon que dirige son père, « via une autre société dont elle était le prestataire ». Dans un autre volet de ces plaintes, il est soupçonné de « délit d’octroi d’avantage injustifié » l'OPH ayant conclu un contrat d’exclusivité avec une société commercialisant un dispositif anti-incendie. La nouvelle équipe dénonce aussi la facturation de prestations non réalisées lors de travaux de peinture dans des cages d’escaliers, et enfin elle émet des soupçons sur une entente entre entreprises lors de l’appel d’offre pour l’isolation thermique extérieure d’immeubles des quartiers Salvador Allende et Chemin Vert, avec un surcoût de plusieurs millions d’euros.

« Cela va nous mettre en difficulté et ce sont les habitants qui vont en pâtir. Un certain nombre de locataires attendent depuis des mois des travaux dans leurs logements et cela va être difficile demain au regard de la situation financière de l’OPH » se désole le nouveau maire communiste Abdel Sadi.

Des accusations que nie le principal intéressé

Joint par France Bleu Paris, Jonathan Berrebi, l’ancien président de l’OPH réfute une à une toutes ces accusations et dénonce « un règlement de comptes post-municipales. Quand on veut vraiment faire avancer les dossiers, on ne jette pas comme ça les soupçons et les noms en pâture. On attend au moins un retour de la justice. Déposer plainte ne veut pas dire que je suis accusé et encore moins coupable. Je prévois de porter plainte pour diffamation », nous a t-il expliqué.

L’OPH a commandé un audit dont les conclusions devraient être rendues avant Noël.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess