Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan contre la haine LGBT : "il y a toujours beaucoup de travail à faire" dans la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Plusieurs mesures viennent d'être présentées mercredi par le gouvernement afin de pour renforcer les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bi et transgenre). Un plan qui présente des avancées à poursuivre, selon l'association ligérienne Triangle rose, face à un quotidien encore éprouvant.

Elisabeth Moreno présente le plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT mercredi 14 octobre
Elisabeth Moreno présente le plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT mercredi 14 octobre © Radio France - Margaux Stive

Présenté ce mercredi 14 octobre, le plan du gouvernement pour l'égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT touche à tous les domaines : famille, école, université, travail, santé, sport, etc. Ils présentent des mesures "qui vont dans le bon sens, à condition d'être correctement appliquées", selon l'association Triangle rose, qui défend les droits des personnes LGBT+ dans la Loire.

Des référents dans les commissariats : pas une nouveauté dans la Loire

L'une des mesures du nouveau plan vise développer un réseau de référents dans les commissariats et gendarmeries, ainsi que dans les parquets. Un dispositif déjà existant depuis quelques mois dans la Loire, au sein des quatre circonscriptions de police, qui accueillent chacune un "correspondant d'aide aux victimes". Celles-ci peuvent saisir le référent si elle rencontre des difficultés pour déposer plainte.

Selon Jérôme Masegosa, vice-président de l'association Triangle rose, "ça marche quand on sait où ils sont et quand on sait qu'ils existent. C'est une mesure très peu médiatisée, et même en dépôt de plainte, on ne sait pas qu'ils sont là." Il espère donc un renforcement de cet accompagnement, en lien avec l'application FLAG ! qui permet de recenser les actes LGBT-phobes.

Lutter contre les discriminations du quotidien

Au quotidien, le plan reconnaît le manque de formation des personnels dans les administrations ou en milieu scolaire par exemple. Une mesure vise notamment à  faciliter l'utilisation du prénom d'usage dans certains documents, pour que les personnes transgenres puissent utiliser plus facilement le prénom de leur choix lors d'une inscription à l'école, aux clubs de sport ou sur les bulletins de salaire. Les formulaires devraient également être adaptés aux familles homoparentales. 

Une situation que dénonçaient déjà des militants à Saint-Étienne, il y a deux semaines, suite au suicide d'une étudiante transgenre de Montpellier. C'est en fait très courant, selon Jérôme Masegosa : "Je peux citer le cas d'une personne transgenre, avec une carte vitale dont le numéro ne correspondait pas à son nom d'usage. Ou bien une autre personne, en transition, qui se fait constamment mégenrer par l'administration. C'est extrêmement blessant." Le plan du gouvernement prévoit d'"amplifier" la formation aux équipes pédagogiques et éducatives à travers un site internet et des guides. 

Pénaliser la haine anti-LGBT 

Pour Jérome Masegosa, "il y a encore beaucoup de travail à faire" contre la LGBT-phobie à Saint-Étienne et partout ailleurs. "Je l'ai constaté samedi, lors des manifestations contre la PMA pour toutes. Il y a eu des gestes, des propos qui n'ont pas eu de suite, comme "pourrais-je me marier avec ma chienne ?"" 

Il déplore également l'exportation de ces propos en ligne, avec l'impossibilité pour les policiers actuellement de lutter efficacement contre le harcèlement en ligne. Sur ce sujet, le gouvernement prévoit d'améliorer et de faciliter les signalements Pharos

Choix de la station

À venir dansDanssecondess