Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plan de départs volontaires chez Air France : 37 postes concernés à Bordeaux-Mérignac

-
Par , France Bleu Gironde

Air France a dévoilé un projet de plan de départs volontaires ce lundi. Jusqu'à 465 postes au sol visés, sur 3236. A Bordeaux-Mérignac, près de 20% des postes de la compagnie sont concernés sur les 191 existants.

Vers un nouveau plan de départs volontaires pour Air France ?
Vers un nouveau plan de départs volontaires pour Air France ? © Radio France - Mikaël ROPARZ

Bordeaux, France

Le nouveau patron d'Air France, Benjamin Smith, a dévoilé ce lundi 13 mai un projet de plan de départs volontaires à l’occasion d’un comité économique et social. A Bordeaux-Mérignac, le plan prévoit la suppression de 37 postes sur 191 soit près de 20%. Le réseau intérieur de la compagnie, le personnel au sol à Paris et en province est touché. Surtout à Orly et dans le Sud-est de la France. Sur 3 236 postes au sol, jusqu'à 465 sont concernés par le plan. Air France qui prévoit l'ouverture du plan de départs volontaires à partir du 31 octobre et jusqu'au 1er avril 2020, selon leur communiqué. "[Le plan] fera prochainement l'objet d'une consultation. Il n'y aura aucun départ contraint", assure Air France. Les modalités de départs prévues sont multiples : aides au reclassement ou à la création d'entreprise, départs volontaires en retraite ou pré-retraite.  

Sur son réseau court-courrier, le groupe dit avoir accusé une perte de 189 millions d'euros en 2018, "en forte détérioration par rapport à 2017 (96 millions d'euros)". Et la compagnie planifie une baisse de l'activité de ce secteur de 15% à l'horizon de l'été 2021. En cause, la concurrence des compagnies à bas coûts comme easyJet, ou celle des lignes à grande vitesse (LGV) de la SNCF. A Bordeaux par exemple, la ligne qui relie la ville à la capitale est largement impactée par la LGV. 

Des suppressions de postes non justifiées pour Sandrine Bordes-Duclos, du syndicat CGT Air France à Bordeaux. "Ils anticipent des fermetures de lignes étalées sur deux ans et mettent ainsi les salariés en situation de sous effectif et accélèrent la mise en place de la sous-traitance," selon elle.