Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Besançon : un rassemblement autour d'un barbecue en mémoire des deux jeunes tués ces dernières semaines

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Une cinquantaine d'habitants se sont rassemblés ce dimanche midi dans le quartier de Planoise à Besançon. Un rassemblement pour rendre hommage aux deux jeunes de 22 et 17 ans tués ces dernières semaines, qui coïncide avec la fin du ramadan et la fête de l'Aïd.

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées
Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées © Radio France - Marianne Naquet

Ce dimanche marquait la fin du ramadan et la célébration de l'Aïd : à cette occasion, une cinquantaine d'habitants se sont retrouvés, du côté de la rue de Dijon, dans le quartier de Planoise à Besançon. 

Un quartier très touché après l'assassinat de deux jeunes ces dernières semaines. En mars dernier, un jeune homme de 22 ans a été abattu par balles. Dimanche, c'est un adolescent de 17 ans qui a été tué avenue d'Île de France. Pour leur rendre hommage, plusieurs habitants avaient besoin de se réunir. Ils ont décidé d'organiser un barbecue, "pour partager un moment convivial dans le respect". 

J'espère que c'est la dernière fois qu'on se réunit dans des circonstances aussi tragiques

Yassine tenait être présent pour saluer la mémoire de ces deux jeunes, à qui il pense beaucoup : "Ce gamin de 17 ans, il avait toute la vie devant lui, il avait un avenir. J'espère que c'est la dernière fois qu'on se réunit dans des circonstances aussi tragiques." Ce père de famille, qui a cinq enfants, est très inquiet, il n'ose plus emmener sa fille à la boulangerie, là où un coup de feu a été tiré il y a plusieurs semaines. "Un jeune de 22, 23 ans, l'autre 17 ans, et le prochain, il aura dix ans ? C'est très grave, très grave", confie cet homme d'une quarantaine d'années.

Ce quartier ne mérite pas ça 

Il aimerait que les choses changent pour son quartier, où il est né et où il a grandi. "Je ne comprends pas ce qui se passe. Moi, dans ma génération, y avait pas tout ça, y avait pas l'héroïne, la cocaïne". Malgré tout ça, il aime son quartier : "Ce quartier, il ne mérite pas ça, Besançon ne mérite pas ça".

A côté de lui, son ami Salim, qui est médiateur, hoche la tête. Pour lui, la solution pour ramener de la sérénité dans le quartier, c'est le dialogue avant tout, et assurer un suivi, notamment des jeunes. "Faut leur donner une chance, c'est un beau quartier, il faut juste avancer main dans la main. Les accompagner faire un stage par exemple. S'il n'y pas de suivi, les jeunes, les petits vont droit dans le mur". Ce médiateur a plein d'idées pour faire avancer les choses : "Par exemple, Il faut plus de formations, ramenez-nous des usines, on peut faire quelque chose."

Planoise, rue de Dijon
Planoise, rue de Dijon © Radio France - Marianne Naquet

Un "SOS"

Les amis le disent, le quartier est trop délaissé. "Il n'y a rien ici, pas d'éducateurs, plus de Maison pour tous. Il serait temps que le maire et le préfet viennent, qu'ils viennent nous aider. Il faut nous aider avant que ça empire", dit Yassine, qui lance un "SOS" aux autorités. Lui et son ami vont demander un rendez-vous avec le maire et le préfet du Doubs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess