Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Plastic attack", une action à Montpellier contre le suremballage dans les supermarchés

samedi 2 juin 2018 à 8:37 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault et France Bleu

Une opération anti plastique est prévue à Montpellier ce samedi. Le mouvement "Plastic Attack" dénonce les produits suremballés mis en vente en grande surface, leur coût pour l'environnement et nos porte-monnaies.

"Plastic Attak" dénonce l'absurdité du suremballage des produits en grande surface.
"Plastic Attak" dénonce l'absurdité du suremballage des produits en grande surface. © Maxppp -

Montpellier, France

"Plastik Attack" arrive en France avec une action à Montpellier ce samedi, mais aussi à Paris, Lyon ou Strasbourg. Ce mouvement né en Angleterre dénonce le suremballage systématique des produits en grande surface. 

Le principe : les "anti-plastique" se retrouvent dans un supermarché pour faire leurs courses et, après le passage en caisse, se débarrassent des emballages inutiles qu'ils laissent sur place, dans un chariot. A charge pour le magasin de tout jeter.  

"Plastic Attack" Montpellier

A Montpellier l'action est programmée l'après-midi dans une très grande surface. Le rendez-vous est donné peu de temps avant, sur les réseaux sociaux. 

On s'est prêté au jeu du déballage avec Joy Garric, organisatrice de la "Plastic Attack" à Montpellier. Elle n'appartient à aucune association mais s'est peu à peu convertie au bio et au locavorisme par souci écologique. Elle achète désormais tout ou presque en vrac. 

Le grand déballage : 800 grammes de déchets pour dix articles

On lui a apporté un sac de courses contenant 10 articles achetés en supermarché. Des poires, madeleines, salade préparée... Au final près de 800g de déchets. Cartons, plastiques. "C'est énormément de gaspillage, sachant qu'en 2050, on prévoit plus de plastique dans l'océan que de poissons; ça fait peur". 

"Plus de plastiques que de poissons dans l'océan". Joy Garric "Plastic Attack" Montpellier

"L'emballage c'est du marketing"

"Le problème ce n'est pas l'emballage mais le suremballage" estime pour sa part Mathieu Pierron. Militant pour i-Boycott, il participera à l'action ce samedi. "L'emballage c'est du _marketing_. On a grandi avec et on ne voit même plus tout le gâchis. Une étiquette suffirait pour indiquer les mentions légales obligatoires". Il espère une prise de conscience des consommateurs. Joy donne Montréal en exemple, qui vient de voter l'interdiction des bouteilles plastiques.  

"On ne se questionne même plus sur l'utilité de ces emballages. Ni sur leur coût pour la planète". Mathieu, militant

Un panier de 10 articles achetés dans un supermarché de Montpellier - Radio France
Un panier de 10 articles achetés dans un supermarché de Montpellier © Radio France - Ciavatti
Les emballages inutiles à gauche. Les articles à droite. Une fois tout déballé on compte 800g de déchets - Radio France
Les emballages inutiles à gauche. Les articles à droite. Une fois tout déballé on compte 800g de déchets © Radio France - Ciavatti

Après les courses, le déballage. Reportage Marie Ciavatti

Les grandes enseignes ne respectent pas le Grenelle

En théorie, les supermarchés ont obligation d'avoir un point de tri pour les clients en sortie de caisse. C'est une disposition de la loi Grenelle 2 qui, à partir de juillet 2011, impose à "tout établissement de vente au détail de plus de 2.500 mètres carrés proposant en libre-service des produits alimentaires et de grande consommation se dote, à la sortie des caisses, d'un point de reprise des déchets d'emballage issus des produits achetés dans cet établissement". Presque aucune enseigne ne respecte la mesure.

868 millions de tonnes de déchets par an

En moyenne, un français produit 590kg de déchets par an. Chaque seconde en France sont produits près de 28 tonnes de déchets, soit chaque année 868 millions de tonnes de déchets qu’il faut traiter, recycler, enfouir… Le coût de la gestion de ces déchets est estimée à 10 milliards d’euros contre 3.5 en 1990.