Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Plus belle la vie" : dix ans de grands débats de société sur petit écran

jeudi 28 août 2014 à 18:12 - Mis à jour le vendredi 29 août 2014 à 17:03 Par Marina Cabiten, France Bleu

Ce samedi, la série télévisée "Plus belle la vie" fête ses dix ans d'existence. Dix ans d'intrigues dans le quartier du Mistral, mais également de vrais sujets de société abordés à travers la vie des personnages. Pour certains, "Plus belle la vie" a même fait évoluer les mentalités en France.

C'est pour Pus belle la vie qu'a été filmé le premier baiser homo dans une production télévisuelle française
C'est pour Pus belle la vie qu'a été filmé le premier baiser homo dans une production télévisuelle française © Capture d'écran

Une décennie de "Plus belle la vie", ce sont aussi des dizaines de sujets de société abordés devant cinq à six millions de téléspectateurs chaque soir. Du racisme au gaz de schiste, en passant par l'homosexualité, la drogue, ou les caméras de surveillance... Les scénaristes de la série de France 3 ne s'interdisent rien, et c'est l'une des clés du succès. 

Le premier baiser homo de la télé française

Le thème de l'homosexualité est présent dès le lancement de "Plus belle la vie" en 2004. Mais l'année suivante, la fiction frappe un grand coup en montrant pour la première fois dans une production française, et à une heure de grande écoute, deux hommes qui s'embrassent. L'acteur Laurent Kerusoré est revenu sur cette première, quelques années plus tard. 

Drogue et CSA

Par deux fois, "Plus belle la vie" a eu affaire au Conseil supérieur de l'audiovisuel. Les deux séquences polémiques concernaient la consommation de drogue. En 2011, lorsque l'une des protagonistes s'injecte de l'héroïne en sortant de sa cure de désintoxication, l'instance demande à France Télévisions d'ajouter la mention "déconseillé aux moins de 10 ans" au début des épisodes contenant des scènes de consommation de stupéfiants. Plus récemment, les réseaux sociaux se sont enflammés après la diffusion d'un épisode dans lequel Mirta montre à Thomas comment rouler un joint >

Saisi par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, le CSA n'a cependant pas sanctionné la série, estimant que cet épisode "s'inscrivait dans un processus narratif permettant, à l'issue de l'épisode diffusé le 6 mars, de souligner les effets négatifs du cannabis" .

Du parti pris dans "Plus belle la vie" ? 

La série aurait donc parlé de drogue de manière louable, d'après le CSA. Les scénaristes, eux, se défendent de faire passer des messages à travers leurs personnages. Mais Jean-Yves Le Naour affirme le contraire. Pour cet universitaire qui a consacré un livre à "Plus belle la vie", il y a bel et bien du parti pris dans cette fiction.

Plus Belle La Vie prend-elle partie sur les sujets de société ?

Et l'universitaire estime même qu'avec ses millions de téléspectateurs chaque soir, "Plus belle la vie" a une véritable influence sur la société française . Jean-Yves Le Naour revient sur l'exemple de l'homosexualité.

Plus Belle La Vie peut-elle changer les mentalités ?

Refléter la société est l'une des raisons du succès phénoménal de "Plus belle la vie", et les scénaristes l'ont bien compris. Cette semaine, ils ont introduit un nouveau personnage, Inès, qui amène à l'écran le concept de "sex friend".