Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plus cher, plus sévère, le contrôle technique change ce dimanche 20 mai : ce qui vous attend

lundi 30 avril 2018 à 18:22 - Mis à jour le samedi 19 mai 2018 à 23:27 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Conformément à une directive européenne, le contrôle technique évolue à partir de ce dimanche 20 mai. Plus strict, il risque également d'être plus cher. France Bleu fait le point.

Le contrôle technique devient plus strict et plus cher à partir du 20 mai.
Le contrôle technique devient plus strict et plus cher à partir du 20 mai. © AFP - Jean-Luc Flémal / BELGA MAG / BELGA

Un contrôle technique renforcé et qui va vous coûter plus cher : voilà ce qui vous attend à partir de ce dimanche 20 mai. Conformément à la réglementation européenne, le nouveau dispositif accroît le nombre de points de contrôle. Il raccourcit également les délais dans le cas où des défaillances "critiques" sont repérées sur le véhicule.

Davantage de points de contrôle

A partir du 20 mai, le contrôle technique sera plus précis. Désormais, 132 points seront contrôlés sur votre voiture contre 123 jusqu'à présent. Par ailleurs, le nouveau contrôle étudiera environ 600 défauts potentiels contre un peu plus de 400 actuellement.

Autre nouveauté, il y aura trois niveaux de défaillances ou de défauts contre deux auparavant  :

  • Défaillances "mineures"

Ce premier niveau correspond à 139 points de contrôles et regroupe tous les défauts qui doivent être réparés mais sans obligation de contre-visite.

  • Défaillances "majeures"

Ce deuxième niveau comprend 340 points de contrôles. Il oblige le conducteur à réparer son véhicule et à le soumettre à une contre-visite dans un délai de deux mois, comme c'est le cas actuellement.

  • Défaillances "critiques"

Ce troisième niveau, créé avec la réforme, correspond à 127 points de contrôles. Si une défaillance est repérée sur l'un d'eux, le véhicule devra être réparé le jour même et faire l'objet d'une contre-visite dans les 24 heures. Il ne sera pas autorisé à rouler tant que les réparations n'auront pas été faites. A titre d'exemples, des feux stop qui ne fonctionnent pas, une usure excessive des plaquettes ou des disques, ou encore l'absence de rétroviseurs sont considérés comme des défaillances "critiques". En cas de manquement à ces réparations, une amende de 135 euros est prévue, 90 euros pour ceux qui paient immédiatement.

Le coût du contrôle en hausse de 20%

Les contrôleurs devant examiner plus de points, le contrôle technique sera plus long - 45 min en moyenne contre 30 auparavant - et plus cher

Actuellement facturé entre 50 et 80 euros en moyenne, il coûtera 20% de plus. Une partie des 6.347 centres de contrôle agréés en France ont déjà anticipé en augmentant leurs tarifs dès le 1er janvier comme en Champagne-Ardenne. En outre, la contre-visite, souvent offerte, pourra devenir payante et coûter une trentaine d'euros.

Le contrôle technique reste obligatoire pour tous les véhicules de plus de quatre ans. Passé ce délai, il doit être effectué tous les deux ans.

  - Visactu
© Visactu