Société

Plus de 1 500 migrants accueillis en un mois dans le centre de la Chapelle

Par France Bleu Paris, France Bleu Paris lundi 19 décembre 2016 à 7:14

L'entrée du centre d'accueil, un ancien entrepôt de la SNCF.
L'entrée du centre d'accueil, un ancien entrepôt de la SNCF. © Radio France - Louis Belenfant

Il a ouvert il y a un peu plus d'un mois, le 10 novembre, porte de la Chapelle à Paris. Depuis, le centre d'accueil pour migrants a accueilli plus de 1 500 personnes. Ce qui est encore insuffisant.

L'objectif était clair : faire en sorte qu'il n'y ait plus de grand campement de migrants en région parisienne, comme celui du métro Stalingrad, évacué le 4 novembre. L’État et la mairie de Paris ont donc ouvert il y a un peu plus d'un mois ce centre d'accueil porte de la Chapelle, géré par Emmaüs solidarité. Et ça marche plutôt bien.

Des migrants réorientés

Plus de 1 500 personnes sont déjà passés sur le site. C'est beaucoup compte de la capacité d'accueil de 400 demandeurs d'asile. Ce qui veut dire que le roulement fonctionne. Personne ne reste plus d'une dizaine de jours avant d'être redirigé vers un centre d'hébergement d'urgence (CHU) en Ile de France, ou dans un centre d'accueil et d'orientation (CAO) ailleurs dans le pays.

A gauche une cantine, et à droite un magasin de vêtements gratuits - Radio France
A gauche une cantine, et à droite un magasin de vêtements gratuits © Radio France - Louis Belenfant

Sur place, les demandeurs d'asile sont satisfaits. Un sur deux a déjà eu recours aux services de santé. Ces hommes ont aussi de quoi manger gratuitement, de quoi s'habiller proprement et de quoi se divertir. Un concert a même été organisé récemment.

Beaucoup de personnes à la rue

Mais le problème, c'est que tout le monde ne peut pas en profiter. Le site est saturé. Chaque jour plusieurs dizaines de personnes sont laissées dans la rue, provoquant la formation de nouveaux petits campements.

"Il faut évidemment des ajustements", Bruno Morel, directeur général d'Emmaüs solidarité

Tout d'abord parce que l'administration ne travaillait jusqu'ici que cinq jours par semaine (six à présent), avec une moyenne de 50 dossiers quotidiens. C'est encore trop peu. Et puis parce qu'il manque des places. Il est question d’augmenter les capacités du site pour accueillir 200 personnes supplémentaires.

De part et d'autre de l'allée, des chambes pour quatre personnes.  - Radio France
De part et d'autre de l'allée, des chambes pour quatre personnes. © Radio France - Louis Belenfant