Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plus de 100.000 Mayennais concernés par les contrôles d'identité prévus dans le projet de loi Sécurité Intérieure

mercredi 27 septembre 2017 à 6:00 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Le texte, débattu à l'Assemblée, prévoit la création d'un périmètre de contrôle de 20 km autour de l'aéroport de Laval à Entrammes, un site de passage transfrontalier listé par le ministère de l'Intérieur.

L'extension prévue du dispositif autour de l'aéroport d'Entrammes
L'extension prévue du dispositif autour de l'aéroport d'Entrammes © Radio France

Entrammes, France

Le dispositif actuel permet de contrôler l'identité d'une personne en fonction de son comportement. Si, par exemple, elle s'apprête à commettre une infraction, si elle menace l'ordre public ou encore sur réquisition du Procureur pour un délit et une durée déterminés.

Si le texte est adopté tel quel par le Parlement, c'est toute l'agglomération lavalloise et au-delà, jusqu'à Château-Gontier notamment, soit 1/3 du département, qui sera placée sous étroite surveillance. Plus de 100 000 Mayennais seront alors potentiellement contrôlables par les forces de sécurité.

La Cimade : "un risque de contrôle au faciès"

Avec une extension du dispositif autour de l'aéroport d'Entrammes, toute personne pourra être contrôlée. Quelque soit son attitude même si cela n'a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme. Mais ce sera juridiquement encadré. Circulez y'a rien à voir !

Des associations redoutent évidemment le contrôle au faciès, ce projet cacherait en fait, assurent-elles, une politique de lutte contre l'immigration illégale qui ne dit pas son nom. La Cimade, un organisme qui défend les droits des étrangers, rappelle, en se basant sur plusieurs études, que les noirs et les arabes auraient 7 fois plus de risque de faire l'objet d'un contrôle d'identité que le reste de la population.

  - Visactu
© Visactu