Société

Plus de 32 000 ménages en situation de précarité énergétique dans la Vienne

Par Mathilde Choin, France Bleu Poitou et France Bleu dimanche 16 octobre 2016 à 17:25

Plus de 6 millions de ménages ont du mal à se chauffer en France
Plus de 6 millions de ménages ont du mal à se chauffer en France © Maxppp - Maxppp

Plus de 11 % des ménages rencontreraient des difficultés à se chauffer et à payer leurs factures d'électricité dans la Vienne. À Poitiers, le Pimms, le point information médiation multi-services, se charge d'accompagner ces personnes en situation de précarité énergétique.

Près de 32 000 ménages rencontreraient des difficultés à se chauffer et à payer leurs factures d'électricité dans la Vienne, selon une étude menée par l'Arec, l'Agence régionale d'évaluation environnement et climat, en 2011. Les chiffres pourraient même être beaucoup plus élevés cette année : alors que prés de 11 % des foyers étaient en situation de précarité énergétique il y a cinq ans, ils pourraient être environ 18 % aujourd'hui.

Plus de 1 000 euros de dettes

À Poitiers, le Pimms*, le Point d'information médiation multi-services, organise des "médiations énergie". Pendant ces entretiens, les agents déterminent si les personnes qui viennent les voir sont ou non en situation de précarité énergétique et se chargent de les accompagner. Ce vendredi après-midi, Jean, une doudoune noire sur le dos, essaie de comprendre sa facture d'électricité. Ce père de famille de 25 ans doit plus de 1 000 euros à EDF. C'est EDF directement qui a conseillé à Jean d'aller au Pimms pour qu'il trouve la raison de cette facture si élevée : "L''hiver a été plus rude, vous avez peut-être dû consommer un peu plus ?", le questionne Charlène, une des deux agents médiateur du Pimms. Jean est papa d'une petite fille de 3 ans. "Du coup je comprends il faut garder une température constante", acquiesce-t-elle.

Un vieil appartement, au rez-de-chaussée, mal isolé et la facture explose ! "

Rajouté à cela un vieil appartement de 80 m2, au rez-de-chaussée, mal isolé : la facture explose. "Je gagne 1 400 euros par mois. C'est quasiment la totalité de mon salaire qui part avec cette dette à rembourser". Mais s'il y a bien un budget sur lequel il ne veut pas faire des économies, c'est le chauffage : "Avec une petite de 3 ans à chauffer, hors de question de faire des économies sur l’électricité !" Quitte à se couvrir un peu plus dans l'appartement : "On porte tous les trois des couches de vêtements en plus et des chaussettes."

Éviter la coupure de courant

Certaines dettes s'envolent parfois jusqu'à plus de 3 000 euros. Le but est donc d'éviter à tout prix la coupure de courant. Katia Foucaud est la directrice du Pimms depuis sa création en 2014. En seulement deux ans, elle a pu voir la situation évoluer. La précarité énergétique toucherait toujours plus de personnes : "Le phénomène ne touche pas que des personnes fragiles. Il y a beaucoup de familles monoparentales, des retraités, des personnes seules ou des personnes qui ont perdu leur emploi, et qui, faute de moyens, sont obligées de déménager dans des logements moins bien isolés."

* Le Pimms est intégré à la Maison de services publics, avenue de la fraternité à Saint-Éloi, il permet d'aider les gens dans leurs démarches administratives (avec Pôle emploi, l'Assurance maladie, La Poste ou encore la SNCF).

Partager sur :