Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Évacuation musclée des tentes de plus de 400 migrants place de la République à Paris

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les forces de l'ordre ont délogé sans ménagement, les quelques 400 migrants qui avaient installé leurs tentes place de la République à Paris. Selon les associations qui les soutiennent, il s'agissait de personnes n'ayant pas pu être mises à l'abri lors de l'évacuation du campement de Saint-Denis.

Les migrants ont installé leurs tentes place de la République à Paris (photo d'association).
Les migrants ont installé leurs tentes place de la République à Paris (photo d'association). - Association Utopia 56

Les tentes des quelques 450 migrants qui s'étaient installés place de la République à Paris n'ont pas tenu bien longtemps. Les forces de l'odre les ont évacuées hier sans prendre de gants. Dispersion musclée avec des gaz lacrymogènes, qui a géné jusqu'au ministère de l'Intérieur. Dans un tweet le ministre Gérald Darmanin évoque des "images choquantes" et explique avoir demandé un rapport au préfet de Police.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Selon Utopia 56, ils étaient plus de 450 personnes à avoir posé leurs tentes place de la République à Paris. "Nous demandons 1.000 places d’hébergement immédiates et la mise en place d’un système d’accueil pérenne pour les personnes exilé.e.s.", écrit l'association dans un communiqué. Une semaine après l'évacuation de plus de 2000 migrants qui étaient installés à Saint-Denis, les associations appellent les autorités à reloger ceux qui n'ont pas pu être mis à l'abri. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Intervention des forces de l'ordre

Les scènes de tension avec les forces de l'ordre déployées pour évacuer la place ont été relayées sur les réseaux sociaux par ces associations de soutien aux migrants. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plus de 3.000 personnes, principalement des hommes afghans, avaient été mis à l'abri dans des centres d'accueil ou des gymnases en Ile-de-France mardi dernier, à l'issue du démantèlement du campement qui s'était constitué sous une bretelle d'autoroute près du Stade de France, à Saint-Denis.    

Mais entre 500 et 1.000 personnes n'ont pas bénéficié de cette opération et se trouvaient depuis en errance selon les associations qui leur viennent en aide et qui dénoncent notamment des abus policiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess