Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plus de 300 personnes rassemblées à Ploërmel pour défendre la croix de Jean-Paul II

dimanche 26 novembre 2017 à 20:07 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Depuis que le Conseil d'Etat a demandé il y a un mois le retrait de la croix sur la statue de Jean-Paul II, située sur une place publique, ses défenseurs se mobilisent. Ils étaient plus de 300, venus de tout l'ouest de la France, à manifester ce dimanche après-midi.

Plus de 300 personnes se sont rassemblées devant la statue de Jean-Paul II
Plus de 300 personnes se sont rassemblées devant la statue de Jean-Paul II © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Ploërmel, France

Environ 300 personnes ont brandi drapeaux bretons et français, ainsi que des pancartes "stop à la christianophobie" ou encore "Chassez le christianisme, vous aurez l'iSSlam", lors d'un rassemblement dimanche après-midi devant la statue de Jean-Paul II à Ploërmel. "Pourquoi vouloir enlever cette croix ?!", s'insurge David Cabas, secrétaire départemental de Debout La France qui a organisé le rassemblement. "S'il y avait un élan des ploërmelais pour retirer la croix, pourquoi pas, mais là il y a juste deux recours !".

C'est l'association La Libre Pensée du Morbihan qui a déposé ces recours au Conseil d'Etat, et obtenu fin octobre l'interdiction de la croix sur la statue, cette dernière étant placée dans le domaine public. La mairie n'a plus que cinq mois pour trouver une solution. Deux pistes sont envisagées : déplacer l'ensemble du monument ou privatiser son emplacement actuel. Aucune de ces options ne satisfont Gilles Pennelle, président du groupe Front National à la région Bretagne :

Privatiser la place ne serait pas suffisant. Dans tous les cas, la décision du Conseil d'Etat fait jurisprudence, et on pourra demander demain à retirer les croix d'autres monuments publics. C'est une agression !

Plusieurs responsables locaux de Debout La France et du Front National étaient présents - Radio France
Plusieurs responsables locaux de Debout La France et du Front National étaient présents © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Dans la foule, des partisans du parti chrétien-démocrate ou encore du syndicat étudiant UNI étaient présents, venus de tout l'ouest de la France. Plusieurs groupes identitaires ont également fait le déplacement. L'habitant de Ploërmel qui a demandé le retrait de la croix a donc préféré quitter la ville pour la journée, car il a reçu des menaces de mort récemment.

La loi de 1905 en question

Pour les membres de la Libre Pensée, retirer ce symbole religieux est une question de principes : "l'ancien maire M. Anselin a fait une provocation en passant outre la loi de 1905 sur la séparation de l'église et de l'Etat, affirme Pierrik Le Guennec, secrétaire de la Libre Pensée du Morbihan. Cette loi interdit d'ériger un symbole religieux dans l'espace public". Il réclame donc un déplacement de la statue :

Il faut déplacer le monument et sa croix dans un espace privé, dans le jardin de l'ancien maire s'il y tient tant ! Privatiser la place actuelle serait une capitulation à la loi de 1905

Les partisans de la croix se sont de leur côté dits prêts à organiser de nouveaux rassemblements à l'avenir. "Si nécessaire, indique David Cabas, avec des personnalités politiques nationales".

  - Visactu
© Visactu