Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plus de 50 interventions pour colis suspects dans les transports en commun franciliens depuis mercredi

-
Par , France Bleu Paris

Selon un décompte de France Bleu 107.1, depuis mercredi jour de l’attentat à Charlie Hebdo, une cinquantaine d’alertes aux colis suspects s'est produite dans les trams, métros, RER et Transiliens.

Entrée RER A Paris
Entrée RER A Paris © Radio France/Martine Bréson

Les alertes et les interventions pour des colis suspects se multiplient sur le réseau de transports en commun francilien. C'est la conséquence directe des attentats de la semaine dernière. France Bleu 107.1 en a comptabilisé une cinquantaine depuis trois jours.

Pour la seule journée de samedi, il y a eu 15 interventions pour des colis suspects dans les transports en commun à Paris et en Ile-de-France. C’est cinq fois plus qu’un jour ordinaire.

Pour le métro, en moyenne depuis le 1er janvier, la Police nationale intervient trois fois par jour pour des colis suspects indique la RATP. La Régie précise que depuis le premier attentat, mercredi, les demandes d’intervention ont doublé.

Le RER A est le plus touché

C’est sur le RER A qu’il y a actuellement le pus grand nombre d’alertes au colis suspect. Les signalements sont particulièrement nombreux à la station Chatelet Les Halles , la plus fréquentée du réseau. Une intervention dans cette station provoque des perturbations sur au moins trois RER et parfois la ligne J et L du Transilien. Le RER B est aussi très impacté.

Les interventions perturbent le trafic

Le nombre de diffusion des messages "attentifs ensemble" a été augmenté. Les agents comme les usagers sont plus vigilants et donnent désormais plus souvent l’alerte . Chaque signalement de colis, de sacs ou de bagages abandonnés est bien sûr pris très au sérieux.

La procédure

Quand un objet abandonné est signalé, la police est immédiatement contactée. Les brigades, plus nombreuses à patrouiller sur le réseau depuis l'augmentation du plan Vigipirate, interviennent en quelques minutes. Un périmètre de sécurité est mis en place. Une station peut même être entièrement évacuée et ne plus être du tout desservie. Quand les démineurs interviennent, l'opération dure au moins une heure et le retour à un trafic normal prend toujours beaucoup de temps.