Société

600 migrants de la "jungle" de Calais vont arriver en Bretagne

Par Jérôme Collin, France Bleu Breizh Izel lundi 24 octobre 2016 à 18:13

Les cabanes et abris de fortune se vident progressivement dans la "jungle" de Calais
Les cabanes et abris de fortune se vident progressivement dans la "jungle" de Calais © Radio France - Cécile Bidault

La région Bretagne va accueillir quelques 600 migrants venus de la "jungle" de Calais, en cours de démantèlement. Côtes d'Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan : chaque département recevra une centaine de personnes. Mais les autorités restent discrètes sur le sujet.

La Bretagne participe à l'accueil des migrants de la "jungle" de Calais, qui est démantelé depuis ce lundi matin. 600 migrants doivent arriver en bus dans les prochaines heures. Ils seront répartis dans plusieurs dizaines de centres d'accueil et d'orientation (CAO) dans les quatre départements de Bretagne.

Très grande discrétion des autorités

  • Dans les Côtes d'Armor, une soixantaine de migrants sont attendus très rapidement dans les centres de Trébeurden et de Trégastel. Ce sont principalement des hommes célibataires. Ils resteront sur place pendant deux mois.
  • Dans le Finistère, la commune de Trégunc devrait aussi servir de base d'accueil de migrants. Une cinquantaine de places sont disponibles. Mais ce lundi, la mairie se refuse à tout commentaire. "Nous n'avons pas reçu de consignes de la préfecture pour le moment. On sera au courant sans doute au dernier moment", commente le cabinet de la mairie. Pas de confirmation non plus à Fouesnant et Pleyber-Christ. "Nous ne voulons pas de comités d'accueil hostiles. Il faut que ces gens s'intègrent le plus doucement possible", explique-t-on parmi les autorités.
  • En Ille-et-Vilaine, le centre d'accueil et d'orientation de Cancale va accueillir 49 migrants venus de Calais. Un bus devait partir du Nord de la France dans l'après-midi de ce lundi confirme la préfecture du département.
  • Dans le Morbihan enfin, très peu d'informations filtrent pour le moment.

Partager sur :