Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Isère : plus de presse nationale depuis près de trois semaines, à La Tour-du-Pin, un jeune buraliste inquiet

-
Par , France Bleu Isère
La Tour-du-Pin, France

Voilà plusieurs jours que la presse nationale reste introuvable chez nombre de buralistes isérois, comme dans d'autres départements. Une situation dont on parle trop peu pour Romain Bouvier, buraliste turripinois, inquiet pour son commerce, mais aussi de voir que s'informer devient plus compliqué.

Romain Bouvier, buraliste turripinois, devant le présentoir de la presse nationale peu rempli.
Romain Bouvier, buraliste turripinois, devant le présentoir de la presse nationale peu rempli. © Radio France - Céline Loizeau

Depuis quelques jours, presque trois semaines en fait, acheter son quotidien national préféré et/ou son magazine favori est devenu impossible dans certains points de vente. Précisément dans ceux qui ont pour distributeur l'entreprise Pressatalis, en proie à de grosses difficultés financières et dont les salariés font grève.

C'est avec cette société que travaille Romain Bouvier, qui a repris il y a un an le "Tabac des Halles" à La Tour-du-Pin, en Isère. Sa dernière livraison remonte au 11 mai. Sur ses étagères, les piles de magazines sont petites et il a retiré les numéros dont les dates ont expiré. C'est le cas du Voici du 8 au 14 mai ou encore des nombreux programmes télé dont tous s'arrêtaient au 22 mai. Quant à la presse quotidienne, impossible d'acheter Le Monde, Libération, L'Humanité, Le Figaro, L'Equipe...

Chute du chiffre d'affaires lié à la presse, mais pas que...

"Les gens, soit ils achètent un peu par dépit, soit ils ne prennent rien. Maintenant, ils appellent le matin pour savoir si on a été livré et certains ne viennent plus." Avant le confinement, il vendait pour 500 euros par jour de presse dite nationale; 300 avec le confinement et un flux moins important; c'est tombé à 100 avec cette grève. Et ces amateurs de presse achetaient aussi parfois des jeux à gratter, un paquet de cigarette, etc. Autant de manque à gagner supplémentaire pour ce commerce.

"On était commerce de première nécessité durant le confinement, et là, plus personne pour nous." - Romain Bouvier, buraliste isérois

Comme nombre de ses collègues, Romain Bouvier pensait que cette grève ne durerait que quelques jours. On en est à près de trois semaines "et il faut une solution rapide." Au "Tabac des Halles", en plus de Romain, 3 autres personnes travaillent. Le jeune commerçant a l'impression que sa profession est "oubliée. On était commerce de première nécessité durant le confinement et là, plus personne pour nous." Outre les difficultés financières se pose aussi l'accès à l'information en pleine pandémie : "tout ce qui se passe en ce moment avec le coronavirus, les gens ont besoin de savoir, de se renseigner, d'informations."

Une grève contre la liquidation de deux filiales de Presstalis

Les salariés de Presstalis sont en grève pour protester contre la liquidation de deux filiales du principal distributeur de presse en France. Leur liquidation a été prononcée vendredi 15 mai par le tribunal de commerce de Paris. Les offres de reprises doivent être déposées au plus tard ce jeudi 28 mai. L'organisation centrale de Presstalis, elle, a été placée en redressement judiciaire. Les filiales de Presstalis emploient 512 salariés et desservent près de 10.000 points de vente sur les 22.000 du territoire. La presse régionale, distribuée par un autre canal, elle, n'est pas impactée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess