Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plusieurs centaines de personnes marchent pour le climat à Valence... certaines en tenue de plage

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le mouvement ANV-Cop21 avait invité les participants de la marche pour le climat à défiler en tenue de plage ce dimanche 9 mai. Quelques participants ont joué le jeu. L'occasion pour eux encore une fois de rappeler les enjeux climatiques.

Plusieurs centaines de personnes ont participé à la marche pour le climat à Valence.
Plusieurs centaines de personnes ont participé à la marche pour le climat à Valence. © Radio France - Willy Moreau

Le cortège est parti à 14h du théâtre de la ville pour rejoindre le parc Jouvet puis la préfecture. Une nouvelle fois, des centaines de participants ont défilé pour le climat ce dimanche 9 mai. Ils étaient 700 selon les organisateurs, un peu moins de 500 selon la police. Et surtout certains... en tenue de plage. 

Des températures qui grimpent et des écarts qui se creusent

Drôle de tenue pour manifester. Palmes, serviettes de plage, masques et tubas de plongée : certains participants ont répondu à l'invitation du mouvement de l'ANV-Cop21. "Valence-les-Bains, c'est pour demain, martèle Lucie Cugerone, porte-parole du mouvement à Valence. Le risque d'augmentation des eaux n'est plus négligeable avec la hausse des températures. Les épisodes à 40-45°C, exceptionnels dans nos régions, deviennent réguliers".

Le mouvement ANV-Cop21 avait demandé aux participants de venir en tenue de plage.
Le mouvement ANV-Cop21 avait demandé aux participants de venir en tenue de plage. © Radio France - Willy Moreau

Ce dérèglement climatique affole Adriana, parasol à la main : "Nous sommes rentrés dans la voiture, il faisait 30°C. Il y a un mois, il faisait 27°C. C'est bien le signe que quelque chose est en train de se dérégler. Mais ça aurait eu du sens aussi que l'on vienne en doudoune parce que les écarts de température deviennent extrêmes"

Thérèse abonde : "On voit avec le gel [en avril] dans la vallée du Rhône. Il a fait très beau les mois d'avant donc les fleurs avaient déjà poussé. On court peut-être à la famine. La crise du covid, on ne s'en fout pas mais je crois que c'est rien par rapport à ce qui nous attend et il serait temps qu'on fasse des lois en conséquence"

Edith dénonce une loi climat au rabais votée par les députés en première lecture.
Edith dénonce une loi climat au rabais votée par les députés en première lecture. © Radio France - Willy Moreau

La loi climat en ligne de mire

La loi climat a certes été adoptée en première lecture cette semaine par l'Assemblée nationale mais tous ici attendent qu'elle soit encore musclée. La sœur de Thérèse, Edith, s'insurge des amendements passés : "Les députés ont supprimé les lignes d'avion pour les trajets qu'on peut faire en train en moins de 2h30 mais la convention citoyenne avait proposé à la base le double"

Le défi écologique n'est pas assez pris en compte selon Cyril, le papa de Léo : "Il y a la forme dans cette loi mais pas le fond. On fait de beaux discours, de belles images mais c'est très creux. Je me mobilise en premier lieu pour mon fils parce qu'il y a des gens derrière nous"

Lucie Cugerone, d'ANV-Cop21 déplore aussi un manque d'ambition : "Depuis juillet, le texte a perdu son essence. Et puis il y a peu de concrétisation. La plupart des mesures auraient dû être prises avant 2020 pour éviter l'augmentation de 1,5°C en 2100 comme l'avait dit le GIEC".

Face à l'urgence climatique, les décisions politiques ne sont pas à la hauteur selon les manifestants.
Face à l'urgence climatique, les décisions politiques ne sont pas à la hauteur selon les manifestants. © Radio France - Willy Moreau

Dans le cortège, Marc se détache : "Je ne pense pas qu'il y ait un problème avec le climat. C'est de la poudre aux yeux, on nous manipule avec des images pour nous faire peur". Sa sœur le regarde étonnée : "Je pense qu'il y a un problème plus grand et c'est là qu'il veut en venir. Aujourd'hui on ne prend pas soin de dame nature et on préfère privilégier une société hyper consommatrice"

C'est aussi un autre modèle de société que beaucoup veulent voir émerger. Léonie est ouvrière agricole en maraîchage bio : "Pour l'instant, on continue de promouvoir une agriculture industrielle, et tant qu'on ne retrouve pas une paysannerie locale, saine et éthique, nos problèmes resteront inchangés". La loi climat doit désormais être examinée au Sénat. Plus de 150 rassemblements étaient organisés ce dimanche 9 mai en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess