Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plusieurs maires de la métropole de Toulouse "vent debout" contre un éventuel redéploiement de la police

-
Par , France Bleu Occitanie

Plusieurs maires de Toulouse Métropole s'opposent à un éventuel redéploiement de la police sur leur commune, alors qu'il sont en zone gendarmerie. Ils comptent d'ailleurs y rester et demandent maintenant un rendez-vous avec le préfet de Haute-Garonne pour en parler.

Police - Illustration
Police - Illustration © Radio France

Redécouper les zones police et gendarmerie en France, c'est une piste évoquée par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ce week-end dans une interview accordée à nos confrères du Parisien. En parlant "d'une très mauvaise répartition entre police et gendarmerie sur le plan national", il évoque d'ailleurs le cas de Toulouse et de son agglomération. 

Il s'agit en effet d'un cas à part en France, puisque seul Toulouse, Blagnac, Colomiers et Tournefeuille sont en zone police. Soit l'ouest de l'agglomération, et le reste en zone gendarmerie. Une exception face à toutes les autres grandes métropoles. 

Une différence qui s'explique d'ailleurs selon quelques maires par l'énorme écart de population entre Toulouse... et le "reste". On compte ainsi près de 470 000 habitants à Toulouse-même contre 38 000 à Colomiers, la deuxième plus grande ville de la métropole, ou encore 17 000 habitants à Balma. Autant dire un véritable fossé. 

"Pas les mêmes enjeux sécuritaires"

Même si des communes comme Ramonville, Balma ou encore Labège sont collées à Toulouse et font partie de son bassin de vie, elles n'ont toutefois pas les mêmes problématiques. "Les enjeux sécuritaires sont complètement différents" de l'aveu-même de certains syndicats policiers. 

On le voit déjà dans des communes placées en zone police comme Tournefeuille. On y intervient davantage pour des cambriolages dans des zones résidentielles, rien à voir avec la délinquance que l'on peut retrouver dans certains quartiers de Toulouse. Les enjeux ne sont pas les mêmes" - Christophe Marin, le secrétaire départemental du syndicat SGP-FO Police en Haute-Garonne. 

Raison de plus pour les maires placés sous zone gendarmerie de s'opposer à ce redécoupage. C'est le cas de Vincent Terrail-Novès, le maire de Balma à l'est de Toulouse. "On ne nous consulte pas sur le sujet alors que la plupart des maires, que ce soit jusqu'au Muretain et au Sicoval sont très satisfaits de l'action de la gendarmerie et n'ont aucune raison de vouloir tout changer". 

Marc Péré, le maire de l'Union fait lui aussi partie de ceux qui mènent la fronde, "vent debout contre ce projet". Une caserne de gendarmerie est en effet installée en plein centre-ville de la commune, et Marc Péré loue leur travail de proximité au quotidien, un travail qu'il a peur de voir disparaître avec des policiers basés à Toulouse et un peu plus éloignés des habitants au quotidien.

Pourquoi veut-on changer quelque chose qui fonctionne aujourd'hui? En quelques minutes, les gendarmes peuvent intervenir, que ce soit le week-end ou la nuit. Alors qu'à 18h on a plus accès à la police nationale. Il y a une énorme différence." -Marc Péré, le maire de L'Union. 

Le maire de L'Union souhaite maintenant fédérer tous les autres maires de la métropole en zone gendarmerie contre un éventuel redécoupage des zones. La réunion demandée avec le préfet de Haute-Garonne s'inscrit d'ailleurs dans cette démarche. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess