Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Journée de mobilisation des enseignants dans des collèges et lycées de Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Opération collège mort à Condorcet, annulation du bac blanc au lycée Philippe Lamour, ce mardi les profs nîmois étaient vent debout contre les différentes réformes de l'Éducation nationale ou pour dénoncer les moyens alloués à leurs établissements.

Opération "école morte" au collège Condorcet de Nîmes.
Opération "école morte" au collège Condorcet de Nîmes. © Radio France - Jade Peychieras

Nîmes, France

Plusieurs opérations avaient lieu dans des établissements scolaires de Nîmes ce mardi. D'abord au lycée Philippe Lamour où les professeurs ont décidé d'annuler le bac blanc cette semaine pour le remplacer par des cours, un moyen de protester contre les réformes Blanquer : réforme du bac, réforme du lycée et Parcousup. Par ailleurs une journée "collège mort" avait lieu au collège Condorcet de Nîmes pour dénoncer la situation de plus en plus délicate de l'établissement.

Opération "collège mort" à Condorcet  

Devant le collège Condorcet, situé en REP + (Réseau d'éducation prioritaire renforcé), des banderoles "Condorcet en colère", ou encore un cercueil en carton : "Ci-gît l'égalité des chances à l'école de la République"

"Nous avons des élèves très agités, des élèves en grandes difficultés, d'autres qui viennent d'arriver en France et ne connaissent pas la langue ou qui devraient être dans des établissements spécialisés", raconte Marion Thomas, enseignante en histoire-géographie en classes de 5e et de 3e. "Nous avons du mal à faire progresser nos élèves, et je pense même que certains régressent", assure-t-elle. 

Mansour est en classe de 5e : "Ça ne se passe pas toujours bien, ça crie, c'est n'importe quoi !" confirme-t-il. "Dans ce contexte, on nous a annoncé il y a peu que nous aurions une centaine d'élèves en plus à la rentrée prochaine", poursuit Marion Thomas. "On craint que la situation se dégrade", se désole Bruno Chaniac, un autre professeur du collège, en classe de 6e. 

Le personnel estime que dans cette situation, il ne faudrait pas dépasser la vingtaine d'élèves par classe, contre 25 en ce moment.

Annulation du bac blanc au lycée Philippe Lamour  

À quelques kilomètres de là, le même jour, les élèves de terminale du lycée Philippe Lamour de Nîmes sont en cours. Cette semaine, ils auraient dû plancher sur leurs épreuves du bac blanc, annulé par les professeurs pour dénoncer les réformes Blanquer : réforme du bac, réforme du lycée et mise en place de Parcousup. 

"Au début je ne comprenais pas, mais en discutant avec les profs je me suis rendue compte de leurs revendication et désormais je les soutiens", affirme Sarah, qui avait pourtant révisé pour le bac blanc. "Je trouve que c'est une honte, dénonce un autre lycéen. Les profs nous disent que c'est l'année la plus importante de notre vie, nous avons un seul bac blanc et ils l'annulent... Certes ils ont des revendications, mais elles ne justifient pas cette annulation." 

Maya Amer Moussa est professeure d'histoire géographie au lycée Philippe Lamour, elle répond aux inquiétudes des élèves : "Le bac blanc ne fait pas spécialement bouger les résultats du véritable baccalauréat, assure-t-elle. C'est une modalité d'entraînement comme une autre. Nous faisons par ailleurs, tous, des épreuves de type bac dans nos matières. Nous continuerons à accompagner nos élèves, mais il nous fallait un symbole. Il faut absolument reporter d'un an la mise en place de ces réformes ! Parcoursup met en place un verrou d'accès à l'université, la réforme du lycée, avec tronc commun, réduit le champs des possibles des futurs étudiants et enfin, le nouveau baccalauréat, étalé sur deux ans avec une vingtaine d'épreuves, va mettre les élèves dans un état de stress permanent".

Par ailleurs le lycée Daudet de Nîmes va également annuler, pour les mêmes raisons, ses épreuves de bac blanc prévues dans un mois (du 25 au 28 mars).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu