Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Plusieurs porcelets sauvés d'un élevage industriel

vendredi 14 août 2015 à 20:05 Par Marion Fersing, France Bleu Maine

Le refuge Groin Groin, de Neuvillette-en-Charnie, vient de recueillir quatre porcelets d'un élevage industriel de Normandie. Leur mère, trop mal en point, a du être euthanasiée.

Fini le béton de l'élevage industriel pour les 4 porcelets
Fini le béton de l'élevage industriel pour les 4 porcelets © Radio France - (photo Marion Fersing)

C'est une salariée de l'élevage industriel de Normandie qui a alerté le refuge Groin Groin de Neuvillette-en-Charnie. "C'est quelque chose qui n'était jamais arrivé !" assure la responsable, Caroline Dubois. *Une truie était très mal en point _**: elle venait de mettre bas, mais avait une patte arrière cassée et très infectée._* Après avoir tenté de faire intervenir un vétérinaire, la responsable du refuge, avec l'association de protection animale L214, a décidé de se rendre sur place.

Seuls quatre porcelets ont finalement rejoint le refuge

"On a d'abord sorti la truie de sa cage, avec des sangles, pour la mettre dans notre camion, sur de la paille. Tout de suite, elle a repris du poil de la bête. Mais après avoir vu ses radios et l'état de sa patte (son jaret avait doublé de volume), nous avons compris qu'il valait mieux l'euthanasier" , raconte Caroline Dubois. En revanche, elle a pu récupérer 4 de ses porcelets , les plus mal en point, qui n'auraient sans doute jamais atteint l'âge d'aller à l'abattoir. Le propriétaire de l'élevage a accepté de les céder au refuge.

"A cause des germes dans l'élevage industriel, dus à la concentration des cochons, leurs plaies se sont infectées" 

Depuis une grosse semaine, ils sont donc au refuge, à Neuvillette-en-Charnie. "Ils ont déjà doublé de poids !" se réjouit Caroline Dubois. "Mais je dois encore donner des antibiotiques à deux d'entre eux. Quand ils jouent dans les élevages industriels, ils s'envoient bouler sur le béton et ils se blessent. Ensuite, à cause de la concentration des cochons, il y a des germes et les plaies s'infectent. Il faut donc que je les soigne pour des abcès aux pieds"_ . Pour le reste, ils vont bien, ils jouent dans la paille, découvre l'air frais, la pluie et l'herbe de leur petit bout de jardin. "Ils ont subi le rognage des dents et la castration à vif pour le petit mâle, comme ça se fait dans les élevages industriels, mais la salariée qui a donné l'alerte a épargné leur queue en tire-bouchon "_ .

Les 4 porcelets sauvés étaient tout de même mal en point

Ouvrir le débat autour de l'élevage industriel

Le message de Caroline Dubois et de Bérénice Riaux de L214 est donc clair : "*_les conditions de vie des animaux dans les élevages industriels doivent changer" ** . Elles ne blâment pas les éleveurs qui respectent les normes que les pouvoirs publics leur ont fixé, *"ils vivent de ça, c'est leur métier. Par contre, on va essayer d'amener une réflexion autour de l'élevage et de ce que l'on veut dans nos assiettes"_ , explique Bérénice Riaux.

Caroline Dubois du refuge Groin Groin bichonne les 4 porcelets

En attendant, les petits porcelets continuent de grandir. Vous pourrez les voir et, éventuellement, les parrainner lors des journées portes-ouvertes du Refuge Groin Groin les 12 et 13 septembre. 

Au final, seuls 4 porcelets ont rejoint le refuge Groin Groin