Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PMA : les évêques de France appellent les citoyens "inquiets" à manifester contre la loi bioéthique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Champagne-Ardenne

Le président de la conférence des évêques de France a affirmé, lundi, que les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthiquie et de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes avaient le devoir de manifester le 6 octobre prochain. Le texte doit être examiné le 24 septembre à l'Assemblée.

Pendant la marche des fiertés, le 29 juin à Paris.
Pendant la marche des fiertés, le 29 juin à Paris. © Maxppp - Sebastien Muylaert

Alors que le texte sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules passe les étapes des commissions avant d'être examiné par les députés à l'Assemblée nationale à partir du 24 septembre, les représentants de l'Église catholique manifestent leur inquiétude. Ce lundi soir, le président de la Conférence des évêques de France Eric de Moulins-Beaufort a estimé que les citoyens, catholiques ou non, "inquiets" du projet de loi bioéthique, avaient "le devoir" de manifester le 6 octobre, journée de mobilisation contre ce texte.

Les citoyens inquiets "ont le devoir" de manifester

"Personnellement, je ne vois pas comment nous pourrions empêcher des citoyens, catholiques ou non, inquiets de ce projet de loi, de manifester s'ils pensent que c'est un moyen utile pour se faire entendre", a-t-il déclaré après une conférence sur le projet de loi au Collège des Bernardins à Paris. "J'aurais tendance même à dire qu'ils ont le devoir de le faire", a-t-il ajouté. "J'approuve le fait que des citoyens français manifestent qu'ils sont inquiets de ce que le projet de loi prévoit", a-t-il encore dit, en précisant toutefois que "nous l'Eglise, n'organisons pas la manifestation". "Ce n'est pas notre manière d'agir", a ajouté l'archevêque de Reims qui ne sera pas à la manifestation le 6 octobre.

"Nos responsables politiques sont fascinés par les promesses de la technique médicale et de la technique juridique" - Le président des Évêques de France

"Nos responsables politiques, les parlementaires ou une grande partie d'entre eux, restent aveugles aux défis, aux enjeux de ce qu'ils vont décider parce qu'ils sont fascinés par les promesses de la technique médicale et de la technique juridique", a-t-il lancé. Il a mis en garde contre une "procréation livrée à la manipulation médicale", une "filiation (livrée) au bricolage que la sophistication de notre société est capable d'imaginer". ll a aussi pointé du doigt le risque d'une dérive vers un "eugénisme libéral", d'un "marché" de la procréation, d'inégalités entre enfants ayant la possibilité de connaître leur géniteur et ceux qui ne le pourront pas, ou encore l'"élargissement du cadre (des) expérimentations sur les embryons".

Un défilé avec la Manif pour tous 

Une vingtaine d'associations dont La Manif pour Tous ont appelé à défiler contre le projet de loi qui prévoit notamment l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. Outre l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA), le projet, adopté en commission, prévoit une réforme de la filiation et de l'accès aux origines.

Choix de la station

France Bleu